Le Réseau malien des personnes vivant avec le VIH (RMAP+) bénéficiera désormais d’un appui en vivres et non vivres d’une valeur de 30 millions de Fcfa. Les femmes séropositives et leurs enfants orphelins bénéficieront également d’un appui du même montant pour le développement et le revolving pour les activités génératrices de revenus des femmes durement éprouvées par la pandémie du Sida et celle de la Covid-19.

 

Ces annonces fortes ont été faites par le Premier ministre, Choguel Kokalla Maïga à la faveur de la Journée mondiale de lutte contre le Sida sous le thème : «Mettre fin aux inégalités, mettre fin au Sida», hier à la Maison des aînés.

Le chef du gouvernement qui représentait le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta, a saisi l’opportunité pour réitérer l’engagement du gouvernement en faveur de l’éradication de cette maladie à l’horizon 2030 et l’adhésion de notre pays à la stratégie mondiale d’accélération de la riposte face à l’infection au VIH.

Il a déclaré que cet appui permettra à ces couches vulnérables de résister comme elles l’ont toujours fait face aux conséquences de la double pandémie du Sida et de la Covid-19, avant d’expliquer que la célébration de la Journée s’inscrit dans la vision du chef de l’État, celle «d’œuvrer pour le Mali et de ne laisser aucun Malien pour compte».

Aussi, en raison de la féminisation de la pandémie du Sida dans notre pays et du nombre croissant d’enfants infectés, la prévention de la transmission mère-enfant du VIH restera une priorité dans l’agenda des autorités. Il a aussi reconnu que le Sida continue de faire planer de graves hypothèques sur l’humanité.

Pour lui, le thème rappelle, fort opportunément, que les progrès notables enregistrés ces dernières années dans la lutte contre cette pandémie seront gravement mis en cause, si les inégalités structurelles continuent de subsister au niveau national, voire international dans l’accès aux soins et dans l’atteinte des Objectifs de développement durable (ODD).

Pour le Premier ministre, mettre fin aux inégalités consiste à agir plus et mieux dans le cadre de politique économique holistique et d’inclusion sociale permettant d’éradiquer le Sida et de combattre toutes les maladies qui nourrissent l’insécurité humaine et précarisent la condition de l’Homme. Et mettre fin aussi à la stigmatisation des personnes infectées et affectées par cette maladie.

Dr Choguel Kokalla Maïga a assuré que le gouvernement et les partenaires ont mobilisé et continuent de mobiliser des ressources importantes pour la mise en œuvre de stratégies efficaces en faveur des jeunes, des adolescents, des jeunes femmes et des femmes enceintes dans la lutte contre le fléau. Il a rappelé les efforts accomplis pour la prévention, la prise en charge des personnes atteintes de la maladie et pour réduire davantage la prévalence nationale de 1,1% dans la dynamique mondiale de l’élimination du VIH en 2030.

Le représentant spécial adjoint du secrétaire général des Nations unies, Alain Noudehou, s’est engagé à accompagner notre pays dans cette lutte tout en reconnaissant notre retard. Il pense que le thème national nous interpelle, car il demande de revoir comment nous travaillons et ce que nous devons faire pour que le Mali soit au rendez-vous de l’atteinte des ODD.

La journée a été l’occasion pour le RMAP+ d’égrener des doléances. Sa présidente, Mme Haïdara Fatoumata Diarra, n’est pas allée par quatre chemins. Elle a souhaité le renforcement de la contribution financière nationale dans la lutte contre le Sida, de la lutte contre la stigmatisation par le développement de messages porteurs d’espoir et l’intensification de la sensibilisation et la possibilité d’offrir aux conseillers psychosociaux un cadre permanent et garanti pour l’exercice de leur fonction.

Mais aussi d’assurer la fonctionnalité permanente des appareils de suivi biologique par la maintenance des appareils et la disponibilité permanente des intrants et consommables. Elle réclame aussi pour son association un statut d’organisation d’utilité publique avec les mesures d’accompagnement.

La cérémonie a enregistré la présence du représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), Dr Jean Pierre Baptiste, du secrétaire exécutif du Haut conseil national de lutte contre le Sida, Pr Moussa Maïga.


Fatoumata NAPHO

Source : L’ESSOR

MaliwebSanté
Le Réseau malien des personnes vivant avec le VIH (RMAP+) bénéficiera désormais d’un appui en vivres et non vivres d’une valeur de 30 millions de Fcfa. Les femmes séropositives et leurs enfants orphelins bénéficieront également d’un appui du même montant pour le développement et le revolving pour les activités...