Le Conseil Régional de la Société Civile de Ségou vient encore de mettre en route en collaboration avec le PADREIII l’AXE2 du  Projet Décentralisation et Bonne gouvernance au Mali, Le  but est de renforcer les capacités de l´Etat Malien à mobiliser les ressources financières, à promouvoir le développement économique régional et à fournir des services publics de base par l’intermédiaire des collectivités territoriales, et ce dans le respect des principes de bonne gouvernance Le Projet Décentralisation et Bonne gouvernance au Mali intervient dans les  régions  Koulikoro, Ségou et Gao et s’articule autour  de quatre (4) axes d’intervention dont L’amélioration du dialogue sur la résilience socio-économique dans le contexte de la pandémie de Covid-19 entre les autorités communales/ régionales et les OSC. Cet axe qui est pilote par le conseil régional de la société civile de Ségou prévoit de mettre en place un format de dialogue pour les femmes (sans restriction d’âges) et pour les jeunes de (15 à 35 ans). Cette mesure vise à promouvoir, les échanges sensibles aux conflits entre la population et les autorités locales afin d’assoir une planification inclusive répondant aux défis auxquels ces groupes cibles sont confrontés dans le contexte de la pandémie de Covid-19.Dans la pratique, il s’agira de Mettre en place les cadres de dialogues (groupe de femmes et de jeunes) ;Mettre en place le comité régional de sélection des projets ;Renforcer les capacités de portage du CRSC ;Élaborer les plans d’action des cadres (groupe de femmes et de jeunes).

 

Le Conseil Régional de la Société Civile procédera à la mise en place du comité régional de sélection des projets, qui comprendra les représentants de l’Etat, des Collectivités des OSC de l’ADR

Ce comité dont le secrétariat permanent est assuré par le conseil régional de la société civile a pour mandat de sélectionner les projets selon les critères édictés par le comité et le programme devant être soumis au financement Le projet interviendra dans quinze communes (15) à savoir Baraoueli et Konobougou Touna, Bla, Kemeni ,Yangasso, Dieli, San et Tènè Sebougou Ségou Pelengana et Markala Tominian et Benena. La mise en œuvre des activités durera huit (08) mois

 

LE PROJET DAPPUI AU RENFORCEMENT DES CAPACITES DES ORGANISATIONS DE LA SOCIETE CIVILE SUR LEURS ROLES ET RESPONSABILITES DANS LA GOUVERNANCE

 

Le contrôle citoyen de l’action publique est apparu comme étant une des conditions de bonne gouvernance. Les citoyens revendiquent de plus en plus le droit de suivre l’action publique qui s’exerce en leur nom. Dans de nombreuses situations où ils sont supposés participer directement à cette action sur demande de la puissance publique, par exemple à travers des comités ou associations de gestion d’infrastructures sociocommunautaires, les citoyens n’en demeurent pas moins critiques sur cette gestion faite en leur nom. Il y a manifestement une forte demande de ce que l’on appelle le « contrôle citoyen de l’action publique ».

Face à ces constats, il s’avère nécessaire d’accompagner les organisations de la Société Civile (OSC) à la base pour qu’elles   jouent efficacement leur rôle de veille citoyenne sur la gestion des affaires publiques pour plus de transparence et d’efficacité dans le développement. C’est dans ce cadre que se situe le  projet d’appui au renforcement des capacités des organisations de la Société civile sur leurs rôles et responsabilités dans la gouvernance.

Financé par la MINUSMA le projet couvre 20 communes des cercles de BAROUELI, BLA, MACINA, NIONO, SAN, SEGOU, TOMINIAN. Au total 500 participants seront informés et formé sur les modules comme Participation Citoyenne à l’action publique la Connaissance de la Commune  le Plaidoyer/Lobbying, le Plan de Développement Economique Social et Culturel (PDESC), le  Budget Communal, la Passation des Marchés Publics.

Source : Delta Tribune