Dans la logique de renforcer et soutenir les efforts de prévention, de communication et de riposte du gouvernement contre le Covid-19, Boureima Allaye Touré, président du Conseil national de la Société Civile (CNSC) a présenté un plan au ministre Amadou Thiam. C’était le mercredi 25 mars 2020 dans la salle de conférence du département en charge des Réformes institutionnelles et des Relations avec la société civile.

Le Conseil national de la Société civile se positionne comme un des principaux interlocuteurs des pouvoirs publics sur des questions relatives à la vie de la population. C’est dans le cadre de la déclinaison en actes concrets de sa contribution aux efforts de prévention et de lutte contre la pandémie du COVID-19 au Mali que le CNSC a présenté un plan au ministre Amadou Thiam.

Il s’agit d’un plan de prévention, de communication et de riposte qui se déroulera durant 3 mois sur l’étendue du territoire national, a indiqué Boureima Allaye Touré. L’objectif global de ce plan est de mettre en œuvre une campagne d’information et de sensibilisation portée par les organisations faitières stratégiques membres : Fédération nationale des associations de santé communautaires (FENASCOM), Groupe pivot santé population (GP/SP), Réseau des communicateurs traditionnels pour le développement (RECOTRADE), organisations confessionnelles, Fédération nationale des femmes commerçantes et entrepreneurs du Mali (FENFCEM).

Ce plan de riposte contre le Covid-19 a comme objectifs spécifiques d’informer la population sur la pandémie du Covid-19 et sur le dispositif de réponse à cette pandémie au Mali, de sensibiliser la population sur les conséquences du Covid-19 sur la santé, l’économie locale et nationale et sur les structures sociales. Il s’agit aussi d’amener les OSC à s’engager dans la lutte contre la pandémie du COVID-19 au Mali par le développement et la mise en œuvre des initiatives locales de communication. Son coût est estimé à quelque 900 millions de nos francs.

Le ministre Amadou Thiam a félicité le CNSC. Il a tenu toutefois à inviter l’assistance au respect strict des mesures prises par le gouvernement.

Ndlr. Mieux vaut tard que jamais, reconnaît-on.

Ce plan, à notre humble avis, aurait pu être partagé avec les autorités  compétentes voire mis en œuvre plus tôt. C’est à dire avant même que le dangereux virus ne vienne frapper à nos portes a fortiori les franchir ! Cela aurait pu avoir un impact positif sur le comportement-face au danger-de leurs compatriotes, dont l’ignorance se le dispute à l’incivisme.

Bourama Camara

 Micro trottoir : Qu’en pensent les Maliens, comment se comportent-ils

La maladie à coronavirus 2019 (COVID-19) est une maladie infectieuse provoquée par un nouveau virus qui n’avait encore jamais été identifié chez l’être humain. Ce virus provoque une maladie respiratoire (analogue à la grippe) avec des symptômes comme la toux, la fièvre et, dans les cas les plus sévères, une pneumonie. Après avoir encerclé le Mali, à travers ses 7 frontières, le mal du siècle a fini par faire son apparition depuis maintenant deux semaines et le taux de contagion atteint de jour en jour une proportion inquiétante. Il n’existe actuellement aucun vaccin contre la maladie à coronavirus 2019 (COVID-19).Avec l’espoir de stopper la propagation, le gouvernement est en train de vulgariser des conseils visant à protéger la population. On peut s’en protéger en se lavant fréquemment les mains avec un produit hydroalcoolique ou à l’eau et au savon, en évitant de se toucher le visage; en se couvrant le nez et la bouche avec un mouchoir ou le creux du coude quand on tousse ou éternue ; en évitant les contacts étroits (à moins de 1 mètre ou 3 pieds) avec toute personne ayant des symptômes de rhume banal ou d’état grippal….Que pensent les Maliens de ces mesures ? Comment se comportent-ils en réalité ? Quelques points de vue.

Mme Camara Astan Sacko, retraitée :

‘’Nous devons respecter les  mesures prises par les autorités’’

Pour limiter la propagation du Coronavirus, nous devons adopter des mesures telles que le lavage des mains au savon, l’usage de gel hydro-alcoolique, mettre fréquemment le beurre de karité dans les narines et se masser la gorge et la poitrine avec. Nous devons aussi limiter les déplacements inutiles, éviter  les poignées de mains, les accolades, boire des boissons chaudes.

Kadiatou Niaré, ménagère :

‘’J’invite tout le monde à porter les masques et à rester à la maison’’

Face à une situation pareille, nous devons nous mettre à l’abri pour éviter de nous faire contaminer. Nous devons limiter les déplacements et adopter surtout les bonnes pratiques d’hygiène (se laver les mains régulièrement). J’invite tout le monde à porter les masques et à rester à la maison.

 Amadou Sangaré, boutiquier :

‘’Remettons-nous à Dieu, c’est lui qui a la solution’’

Nous prions pour que Dieu nous épargne les dégâts (humains, économiques et sociaux) de cette maladie. Dans une situation pareille, rien ne vaut la prière. Nous devons tous prier en tant que croyants. C’est Dieu qui nous fait subir de telle chose et c’est lui seul qui peut nous délivrer. Remettons-nous à Dieu, c’est lui qui a la solution.

Modibo Touré, peintre:

‘’Nous devons croire en Dieu et accepter sa volonté’’

En tant que croyant, quel que soit la gravité d’une situation, on doit tout remettre à Dieu. Personne ne peut changer ce que Dieu a décidé. Nous devons croire en Dieu et accepter sa volonté, nous le prions afin qu’Il nous assiste contre cette maladie.

Bourama Camara

Source: Journal le Challenger-Mali

MaliwebSanté
Dans la logique de renforcer et soutenir les efforts de prévention, de communication et de riposte du gouvernement contre le Covid-19, Boureima Allaye Touré, président du Conseil national de la Société Civile (CNSC) a présenté un plan au ministre Amadou Thiam. C’était le mercredi 25 mars 2020 dans la...