Si la première vague de la maladie à Coronavirus a été assez éprouvante pour les maliens, avec son corollaire de mesures restrictives, il faut dire que la deuxième vague semble encore plus redoutable au regard, non seulement de l’allure de sa propagation, mais aussi du nombre de morts qu’elle engendre tous les jours. Bien sûr qu’à l’instar de tous les pays à travers le monde, le Mali aussi est durement éprouvé par les conséquences économiques de cette pandémie.

 

Toute chose qui contraint les différentes autorités publiques à chercher les voies et moyens qui puissent aider, un tant soit peu les populations à supporter, les impacts financiers et économiques de cette crise sanitaire. Ce serait une lapalissade que dire, de par sa situation d’enclavement et aussi de la faiblesse de son taux d’industrialisation, le Mali est déjà confronté à de sérieuses difficultés économiques que la pandémie du COVID-19 vient accentuer outre mesure.

Le Chef de l’Etat d’alors, IBK, et le gouvernement s’étaient rendus à cette évidence et en conséquence, avaient décidé de prendre certaines mesures sociales en guise de riposte à l’impact économique défavorable de la pandémie du COVID-19.

A cet effet, le Président de la République, IBK, s’était adressé à la Nation, le vendredi 10 avril 2020, pour annoncer certaines mesures sociales afin d’amoindrir l’effet négatif de cette pandémie sur l’économie malienne. Au nombre de ces mesures sociales, le Chef de l’Etat de l’époque avait annoncé : « en direction des couches les plus fragiles, les mesures suivantes sont prises :…

 Prise en charge pour les mois d’avril et de mai 2020, des factures d’électricité et d’eau des catégories relevant des tranches dites sociales, c’est-à-dire les plus démunies.

● Exonération de la Taxe sur la Valeur Ajoutée des factures d’électricité et d’eau, de tous les consommateurs, pour les mois d’avril, mai et juin 2020… ».

Outre ces mesures de riposte qui touchent directement à l’économie des ménages, les autorités maliennes avaient consenti de gros efforts dans le cadre de la politique nationale de riposte à la pandémie du COVID-19. Au nombre de ces efforts, on retiendra la distribution gratuite de denrées alimentaires aux populations démunies ; la confection et la distribution de masques dans le cadre du programme ‘’un malien, un masque’’. On voit aisément que, malgré la situation conjoncturelle difficile que connait le pays et qui a été rendue davantage précaire avec l’apparition du COVID-19, les autorités maliennes n’ont pas lésiné sur les moyens de riposte, à commencer par la sensibilisation des populations quant à l’application et au respect des mesures barrières. On devrait se réjouir du fait que malgré le changement de régime intervenu en août dernier, les nouvelles autorités ont opté pour une continuité dans le programme de riposte à la pandémie du COVID-19. On se souvient qu’au cours de la deuxième quinzaine de juillet 2020, une aide financière, à l’endroit des couches économiquement faibles, avait été annoncée par les autorités publiques.

Mais avec le renversement du régime, les maliens s’étaient convaincus que ce projet avait tout simplement été abandonné. Eh bien non ! Cette opération de subventions aux ménages tient toujours et leurs versements aux bénéficiaires pourraient débuter dès ce lundi. C’est Rfi ‘’Mandenkan’’ qui a donné l’information dans son journal de 12h le samedi 16 janvier courant. Signalons, à propos de cette subvention, qu’il s’agira d’allouer à un million de ménages sur toute l’étendue du territoire national, une somme de quatre-vingt-dix mille (90.000) francs CFA par ménage. Pour ce programme, l’Etat aurait consenti le décaissement de 100 milliards de nos francs.

El Hadj Mamadou GABA

Source : Le Soir De Bamako

MaliwebSantéSociété
Si la première vague de la maladie à Coronavirus a été assez éprouvante pour les maliens, avec son corollaire de mesures restrictives, il faut dire que la deuxième vague semble encore plus redoutable au regard, non seulement de l’allure de sa propagation, mais aussi du nombre de morts qu’elle...