Pour une seconde fois consécutive, la plateforme de lutte contre la corruption et le chômage était encore devant la mairie de la Commune 1du District de Bamako, le vendredi 18 octobre 2019. A travers un meeting, elle exige la distribution de cartes NINA.

Au cours de son intervention, le président de la PCC a évoqué les causes et les conséquences des souffrances qu’endurent les Maliens pour la carte NINA. D’après Clément Dembélé, la mairie est utilisée comme bouclier dans cette affaire.

« Ils ont déployé leurs pions dans la mairie et à la section d’enregistrement, des gens qui ne savent même pas construire une phrase. Il est temps de mettre fin à cette médiocrité et donner à César ce qui appartient à César », a-t-il soutenu.

Pour le président de la PCC, les autorités doivent arrêter de rouler la population dans la farine alors qu’elles sont payées par les impôts et les taxes de cette même population. Ainsi a-t-il lancé un ultimatum, d’ici le 26 octobre prochain, pour mettre fin à cette histoire de carte NINA.

Par ailleurs, Il a souligné aussi les actes ignobles de l’Energie du Mali (EDM) contre ses abonnés, notamment les coupures intempestives de courant,  sans motif.

« Que cela s’arrête, ou ce sera la désobéissance civile. Le directeur nous avait promis qu’il n’y aura plus de coupure. Mais, par son amateurisme, la population est quotidiennement dans l’obscurité. Une fois encore, que les coupures cessent, sinon les factures ne seront plus réglé », a menacé Pr Dembélé.

Il n’a pas oublié les douaniers qui ont trahi leur serment. Selon lui, 7 d’entre eux seront en prison dans les semaines à venir.

A.Y

Source: L’Observatoire

MaliwebSociété
Pour une seconde fois consécutive, la plateforme de lutte contre la corruption et le chômage était encore devant la mairie de la Commune 1du District de Bamako, le vendredi 18 octobre 2019. A travers un meeting, elle exige la distribution de cartes NINA. Au cours de son intervention, le président...