Placé sous mandat dépôt dans l’affaire des ristournes de la Confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton au Mali (C-SCPC), les amis de Bakary Togola demandent sa libération immédiate afin d’éviter la démobilisation du monde paysan, une baisse notoire de la production du coton au Mali et une baisse quasi-certaine des productions céréalières.

 

L’information a été donnée par la Coordination nationale des amis de Bakary Togola (CNA/BT), hier à la Fondation Seydou Kane lors d’un point de presse animé par Karim Togola, président, et Moussa Z. Doumbia, secrétaire général.

Face à la presse, le secrétaire général de la Coordination a déploré que le développement de cette affaire suscite beaucoup d’interrogations et renferme des zones d’ombre. “Certes, nous sommes dans un Etat de droit, et nul ne doit être au-dessus de la loi. Qu’à cela ne tienne ! Le développement de cette affaire suscite beaucoup d’interrogations et renferme des zones d’ombre. Est-il séant de priver de sa liberté un paysan qui a près de 3000 hectares à entretenir par plus de 10 000 travailleurs pendant cette période hivernale au seul motif qu’il a été dénoncé ? Que cette affaire soit déclenchée par un dénonciateur anonyme cela nous laisse perplexes”.

Les amis de Bakary Togola ont également rappelé le rôle crucial joué par leur mentor pour sauver la CMDT de la faillite ? “Pour la petite histoire en 2000, la Compagnie malienne de développement du textile (CMDT) en faillite, était déjà en voie d’être privatisée. Pour sauver la CMDT, consolider la coton-culture et défendre les intérêts des paysans Maliens, Bakary Togola et d’autres cotonculteurs, ont  ainsi créé la Confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton (C-SCPC)”.

Selon les amis de Togola, depuis lors, le Mali est devenu le premier producteur de coton en Afrique subsaharienne et le prix du coton au producteur n’a cessé de grimper d’année en année. Le coton représente aujourd’hui 20 % de nos produits d’exportation.

A en croire aux amis du président de l’Apcam, les conséquences de cette arrestation du président Bakary Togola sont désastreuses pour sa modeste personne et pour son pays. Parmi les conséquences, ils ont cité la démobilisation du monde paysan, la baisse notoire de la production du coton au Mali, chose qui va engendrer une nouvelle faillite de la CMDT, la baisse quasi-certaine des productions céréalières, donc une menace pour l’autosuffisance alimentaire.

A cet effet, la Coordination en appelle à l’esprit de justice et d’égalité de tous les Maliens devant la loi et du respect des droits et libertés fondamentales de Bakary Togola. Elle demande aussi instamment sa libération pour qu’il puisse retourner dans ses champs en consolidation des acquis des paysans maliens sous éclairés en cette période hivernale et poursuivre l’œuvre de sa direction.

“Nous voulons que le président Bakary Togola puisse bénéficier d’une bonne justice, d’une justice juste et équitable. La bonne justice n’est pas celle qui sévit, ou celle qui humilie un honorable citoyen à la seule volonté d’un dénonciateur anonyme mais celle qui instruit à charge et à décharge et qui, dans un procès équitable, dit le droit en toute circonstance”.

Lire la suite sur L’Indicateur du Renouveau

MaliwebSociété
Placé sous mandat dépôt dans l’affaire des ristournes de la Confédération des sociétés coopératives des producteurs de coton au Mali (C-SCPC), les amis de Bakary Togola demandent sa libération immédiate afin d’éviter la démobilisation du monde paysan, une baisse notoire de la production du coton au Mali et une...