Dans une vidéo circulant sur les réseaux sociaux, on voit clairement un vieux de Ségou appeler les Ségoviens à « fracasser la tête » à tout homme politique qui ne souhaiterait pas voir le Premier ministre Choguel Kokalla Maïga à la Primature, et à « étrangler » tous ceux qui s’opposeraient au colonel Assimi Goïta comme Président du Mali. Des propos qui ne sont pas à négliger.

 

Il fait directement l’apologie du crime, un appel à l’assassinat, non pas sans défier le Procureur de la République près le Tribunal de la Commune IV, Touré, passé maître dans l’art de traquer tous ceux qui s’illustrent par des propos du genre sur les réseaux sociaux.

Ces propos ne sont cependant pas à prendre à la légère, car ils peuvent être sources de tensions politiques, voire servir de déclic à certains pour s’en prendre aux acteurs politiques du Mali, notamment ceux du Cadre d’échange des partis et groupements de partis pour une Transition réussie.

Ils peuvent aussi être une réplique à la conférence-débat organisée par l’Adéma-PASJ, il y a quelques jours, sur les réformes politiques et institutionnelles en cours. Conférence-débat au cours de laquelle les héritiers de feu Abdrahamane Baba Touré n’ont pas fait de cadeau aux acteurs de la Transition, certains participants ayant même mis en cause la légitimité d’un pouvoir transitoire à réviser ou réécrire la constitution.

Dans l’un ou dans l’autre cas, il y a lieu de craindre le pire au Mali, si de tels propos devraient passer en toute impunité. Des pyromanes du genre devraient être informés que la loi est égale pour tout le monde.

La liberté d’expression ne doit pas être à sens unique. De tels individus ne contribuent en rien au raffermissement de la démocratie dans notre pays. Demander la démission d’un Premier ministre ou même d’un Président n’a jamais été un crime. On doit cesser de cataloguer les Maliens en « bons Maliens » et « mauvais Maliens ». Ceux qui interpellent ou critiquent les autorités actuelles ne sont pas de « mauvais Maliens », au contraire ils le font parce qu’ils aiment le Mali, parce qu’ils ont souci du Mali et de son devenir au même titre que ceux qui les encensent. A qui profite le crime de semer la haine entre les Maliens ?

Aussi, j’interpelle la classe politique malienne à se dresser contre de tels propos avant qu’il ne soit trop tard… J’interpelle également, et vivement, le Procureur Touré, quitte à ce qu’il saisisse son homologue de Ségou, pour que ce « pyromane » soit puni sévèrement comme il faut pour « apologie du crime ».

Le Mali-Kura, c’est aussi à ce prix-là !

 

Mahamadou Adama Traoré

« Mussolini »

Journaliste / communicant, 1er adjoint au Maire de la Commune rurale de N’Gouraba

Source : Mali Tribune