Après trois voire quatre mois de semblant de grève de la faim des cheminots, une promesse du nouveau ministre des Transports a mis fin à la mascarade. Ils (les cheminots) avaient attaché une vielle banderole sur l’emprise des rails au centre de la capitale en face de la mairie du District de Bamako et on pouvait lire sur la banderole : les cheminots en grève de la faim.

Il a fallu le départ du ministre Zoumana Mory Coulibaly et l’arrivée de son remplaçant à la tête du département et à la suite d’une petite visite sur les lieux de ce dernier pour que les cheminots mettent fin à leur grève de la faim.

En réalité, c’était un coup de bluff ! Ils n’étaient pas en réalité en grève de la faim, mais en grève tout court. Pendant trois ou quatre mois aucun gréviste de la faim n’a succombé. Il n’y avait pas aussi d’ambulance sur les lieux durant la grève comme on a coutume de le voir sur des lieux de ce genre. Ils animaient un «grin» en se relayant au poste. Pendant les moments de pause, ils se restauraient à l’abri des regards indiscrets. C’était plus un coup de communication que tout autre chose !

Le Matin

MaliwebSociété
Après trois voire quatre mois de semblant de grève de la faim des cheminots, une promesse du nouveau ministre des Transports a mis fin à la mascarade. Ils (les cheminots) avaient attaché une vielle banderole sur l’emprise des rails au centre de la capitale en face de la mairie...