Inconnue il y a quelques années, la prostitution s’est vite répandue dans la Cité des trois caïmans. Phénomène, d’abord attribués à des filles venues des pays voisins, la prostitution a vite séduit les bamakoises de souche. Pas besoin de chercher loin, il suffit de faire un tour dans un hôtel, un bar, ou un restaurant….

 prostitue filles debauche bordel meilleure sexualite femme riche boite nuit maquis

On connaissait la prostitution des rues. Mais ce qui est nouveau, c’est ce que l’on va appeler la            « prostitution assise ». En effet, plus besoin de s’arrêter au bord d’une ruelle, la nuit, pour attendre le client. Le monde change et la prostitution s’adapte. C’est dans les hôtels, les bars, les restaurants  et même dans les bureaux que tout se passe. «Ce système est plus simple,  confesse un habitué de la prostitution assise, plus besoin d’aller chercher la prostituée, mais c’est elle qui vous trouve sur place ou le contraire. Le téléphone est là », dit-il. Et d’ajouter : « pour reconnaitre une prostituée parmi les clientes ordinaires c’est simple. Elles sont bien maquillées, assises seules, tenue sexy, très sexy ».

 

 

La cause de la prostitution est connue. Il s’agit de la pauvreté. L’année 2012-2013, marquée par la crise politico-sécuritaire qui a ébranlé l’économie, a accentué le phénomène. De nombreux déplacés, parmi lesquels des femmes  et des filles  seules et sans ressources se sont converties dans la prostitution. Mais aussi, dans les zones minières où, l’orpaillage traditionnel  est pratiqué.

 

 

Un autre pan de la prostitution se joue dans les services où, les  vendeuses se glissent à longueur de journée, entre les bureaux, et n’hésitent pas à « s’offrir » au plus offrant. La prostitution progresse à tel point que  les lieux de travail sont devenus des chambres de passe par excellence.

 

Cette vie de débauche, qui sévit dans notre pays, fait son lot de victimes. Parfois, ce sont des femmes mariées  qui se prostituent pour faire bouillir la marmite. Ce phénomène, qui se passe de commentaire, est une dépravation de nos mœurs. Les autorités ne s’en préoccupent pas.  Est-ce le signe annonciateur de  la fin du monde ?

 

Aïssata DIARRA

SOURCE: Canard Déchainé

kanteSociété
Inconnue il y a quelques années, la prostitution s’est vite répandue dans la Cité des trois caïmans. Phénomène, d’abord attribués à des filles venues des pays voisins, la prostitution a vite séduit les bamakoises de souche. Pas besoin de chercher loin, il suffit de faire un tour dans un...