Le Programme d’autonomie action des femmes et filles victimes de la violence de la crise dans les communes de Bourem et Taboye a été lancé, lundi, à la mairie de Bourem, sous la présidence du préfet du Cercle, Jean Marie Sagara.

Le Cabinet de recherche actions pour le développement endogène (CRADE) s’est orienté, pour cette troisième année d’intervention vers le cercle de Bourem, à travers le village de Baria où plus de 1000 femmes et filles, parmi les populations déplacées et leurs communautés d’accueil, bénéficieront de compétences pour exercer des activités génératrices de revenus. L’objectif est d’améliorer leurs moyens de subsistance, leur résilience. Elles bénéficieront également de fonds de roulement, d’intrants agricoles et de kits de démarrage d’activités maraîchères.

Le coordinateur national de l’ONG GREFA, Kadri Zenou,a expliqué le choix du village de Baria pour bénéficier, pour la première année de financement, d’un jardin maraîcher. Le préfet du Cercle, quant à lui, s’est réjoui de la démarche qui vise à promouvoir l’autonomie et la cohésion sociale aux personnes déplacées et leurs communautés d’accueil.

Le financement, dont le montant n’a pas été communiqué, provient de ONU/ FEMMES

TMT/MD 

Source: AMAP

MaliwebSociété
Le Programme d’autonomie action des femmes et filles victimes de la violence de la crise dans les communes de Bourem et Taboye a été lancé, lundi, à la mairie de Bourem, sous la présidence du préfet du Cercle, Jean Marie Sagara. Le Cabinet de recherche actions pour le développement endogène...