Ces derniers temps, l’atmosphère était électronique entre les travailleurs et la direction de la société des Brasseries du Mali (Bramali). Les travailleurs dénonçaient la violation par la direction d’un protocole d’accord et menaçaient d’observer une grève de 72 heures. Une grève qui a été évitée de justesse.

Selon nos informations, les travailleurs de Bramali reprochaient au nouveau Directeur général, Benjamin Bronne de remettre en cause le protocole d’accord signé entre la direction et les travailleurs et portant sur la relecture de l’accord d’établissement de ladite société ; de même que la revalorisation de la grille salariale. Aussi, ils (travailleurs) en voulaient à leur patron pour avoir imposé  un nouveau programme de travail sans l’accord des représentants des travailleurs.

Autres reproches faits au D G de Bramali, les demandes d’explication en cascade suivies de sanctions injustifiées à l’encontre des travailleurs ; la non prise en compte des accidents de travail qui surviennent pendant les week-end, etc.

C’est pour ces raisons et d’autres encore que les travailleurs avaient déposé un  préavis de grève de 72 heures  à l’inspection du travail à Koulikoro pour cette semaine.

Aux dernières nouvelles, les travailleurs y ont finalement renoncé après d’intenses négociations la semaine dernière conduites par un collectif des cadres de Bramali. Lors des négociations, des concessions ont été faites  des deux côtés, toutes choses qui expliqueraient  la levée du mot d’ordre de grève par les travailleurs.

S’agissant des doléances,  les travailleurs ont estimé qu’elles ont été satisfaites à plus de 80%.

Il nous est revenu également qu’un nouveau directeur des ressources humaines doit prendre fonction dans les prochains jours, ce qui pourrait consolider davantage, selon les travailleurs, les relations entre les deux parties.

A.B.

 

La rédaction 

MaliwebSociété
Ces derniers temps, l'atmosphère était électronique entre les travailleurs et la direction de la société des Brasseries du Mali (Bramali). Les travailleurs dénonçaient la violation par la direction d'un protocole d'accord et menaçaient d'observer une grève de 72 heures. Une grève qui a été évitée de justesse. Selon nos informations,...