Bamako, 08 novembre (AMAP) Les travaux de l’atelier de relecture du cadre institutionnel et juridique du Centre d’études stratégique (CES) ont pris fin, jeudi, au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a constaté l’AMAP.

La rencontre de deux jours a permis aux participants de proposer un projet de décret portant organisation et modalités de fonctionnement du CES. Ils ont, également proposé un projet de loi pour le Centre afin de prendre en compte les innovations dont il pourrait bénéficier.

Parlant de cette dernière proposition, le directeur  général du CES, le général Mahamane Touré, a confié, dans une interview, que ce projet de loi porte sur l’érection du CES en un Centre d’études stratégiques et de prospective (CESP) en tant qu’établissement public à caractère scientifique et technologique. Selon le général Mahamane Touré, cette décision permettra au Centre de se doter d’un conseil d’orientation et d’un conseil scientifique qui va permettre de donner un contenu et un contenant à toutes les analyses et recherches qui vont être entreprises au profit  du gouvernement.

Quant au projet de décret portant organisation et modalités de fonctionnement de son structure, le général Touré a ajouté qu’il sera mis dans le circuit afin d’être adopté le plus rapidement possible et donner au Centre le moyen de pouvoir mener à bien les missions qui lui sont assignées.

Il a, ensuite, rendu hommage à tous les participants à l’atelier, notamment le Centre d’études stratégiques et de sécurité du Niger (CNESS), le Groupe de recherche sur la sécurité humaine du Burkina Faso et le Democratic national institute (DNI).

«Grâce à la collaboration de toutes ces structures, cet exercice va nous permettre de pouvoir créer un centre de partenariat. Le dernier acte qui a été posé est l’adoption d’un cadre de partenariat avec les organisations de la société civile. Parce qu’en réalité toutes les actions que nous menons sont au profit du citoyen malien», a affirmé le général Touré.

Et d’ajouter qu’aujourd’hui, il existe dans notre pays, des universités, des centres de recherche qui ont fait des travaux de qualité. « La plupart du temps, a déploré Mahamane Touré, les résultats de ces travaux dorment dans les tiroirs ». «Nous voulons essayer de les exhumer et les mettre en valeur pour que ces actions puissent bénéficier aux citoyens maliens », a fait savoir le directeur général du CES.

Pour sa part, le directeur adjoint du CNESS du Niger a salué l’inclusivité de la rencontre, avant d’ajouter qu’elle doit être encouragée dans l’exécution des missions du CES. Garba Abdoul Aziz a assuré le Mali de la disponibilité de son centre à réaliser des projets.

Quant au représentant du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, il s’est dit satisfait de la qualité des conclusions de l’atelier.

La cérémonie de clôture était dirigée par le représentant du département des Affaires étrangères, Abdoulaye Tounkara, en présence du directeur général du CES, le général de division Mahamane Touré et du directeur adjoint du (CNESS), Garba Abdoul Aziz.

Cet atelier avait pour objectif de renforcer le cadre juridique du CES par l’examen de ses projets de textes en vue de l’adapter aux nouveaux défis auxquels il est confronté.

MDD/MD

(AMAP)          

MaliwebSociété
Bamako, 08 novembre (AMAP) Les travaux de l’atelier de relecture du cadre institutionnel et juridique du Centre d’études stratégique (CES) ont pris fin, jeudi, au ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale, a constaté l’AMAP. La rencontre de deux jours a permis aux participants de proposer un projet de décret...