À Dialakorodji, une commune du cercle de Kati, la spéculation foncière a atteint son paroxysme. Suite à une récente session du conseil municipal qui a décidé de délimiter les espaces publics, le maire a découvert des morcellements sur l’espace réservé au cimetière de la ville. Pas moins de trois hectares sur les onze au total ont été amputés. Des conseillers communaux et des chefs coutumiers sont sur la sellette !

Tout est parti de la session du conseil communal, selon nos sources. À l’issue des travaux de cette session, la décision a été prise de délimiter tous les espaces publics dans la commune rurale de Dialakorodji, singulièrement «Dialakorodji village»: les écoles publiques, espaces verts, les dépôts d’ordures, le cimetière… L’initiative vise, selon les responsables, à préserver le patrimoine immobilier de la collectivité.
Au cours des travaux, il a été découvert que plusieurs espaces publics sont abusivement occupés par des tierces personnes, dont une partie du cimetière. Déjà, l’on rapporte que des élus sont sur le banc des accusés. Selon les informations recoupées auprès de la mairie, certains conseillers sont largement impliqués dans cette affaire. Les enquêtes préliminaires montrent que ces conseillers se sont rendus complices des autorités coutumières pour vendre plus de 3 hectares sur les 11 hectares du cimetière de Dialakorodji village, nous a-t-on indiqué.
Sur le terrain, des fondations de bâtiments, des chantiers et même des maisons finies surplombent déjà l’espace réservé pour le cimetière.
Selon nos sources, la jeunesse et le maire Oumar Guindo de Dialakorodji sont déterminés à faire toute la lumière sur ces affaires de prédation foncière.
Dans ses propos du maire Oumar Guindo, ce morcèlement de certains espaces publics a été mené en toute clandestinité, du moins à son insu. Ce sont les travaux d’immatriculation entamés par la mairie qui ont mis à jour cette escroquerie. Il a rassuré que la commune ne renoncera pas à un seul m² de son cimetière.
À titre de rappel, cet espace réservé pour le cimetière de «Dialakorodji Village» était un champ de culture d’une des familles autochtones de Dialakorodji Village. Mais l’espace a été bel et bien été délimité comme cimetière à la suite d’un consensus entre les responsables de la commune rurale de Dialakorodji (les chefs secteurs, les conseillers communaux…). Puisque l’espace n’est pas clôturé, les spéculateurs fonciers en ont profité pour vendre plus de 3 hectares sur les 11 hectares. À suivre donc.

par SABA BALLO

info-matin

MaliwebSociété
À Dialakorodji, une commune du cercle de Kati, la spéculation foncière a atteint son paroxysme. Suite à une récente session du conseil municipal qui a décidé de délimiter les espaces publics, le maire a découvert des morcellements sur l’espace réservé au cimetière de la ville. Pas moins de trois...