Produite   dans   des   conditions   opaques   et   douteuses,   l’eau   dite   “minérale” et commercialisée   en   sachet   un peu partout au Mali   constitue   un   danger   du   point   de   vue sanitaire   pour   les   populations.

jeune garçon bois eau sachet potable

Au   Mali,   la   commercialisation   de   l’eau   dite   minérale,   vendu   à   50   franc   CFA   l’unité dans   des   sachets,   est   plus   que   jamais   inquiétant.   De   nombreux   acteurs   du   secteur, alléchés   par   l’appât   du   gain   facile,   s’illustrent   par   des modes   de   production   frauduleux qui mettent en   danger   la   santé des   consommateurs   de   leurs   produits.

Dans   leur   processus   de   production   et   de   commercialisation   de   cette   eau   soit    disant “minérale”,   la   plus   part   d’en   eux   ne   respectent   pas   les   conditions   d’hygiène.   Oui,   ils n’en   font généralement  qu’à   leurs   tête   et   pour   leurs   poches.

 

La   plus   part   du   temps,   c’est   dans   les   chambres   à   coucher   que   son   fabriqués   les sachets   d’eau   en   question.   Et   en   se   contentant   simplement   de   recueillir l’eau distribuée   par   la   SOMAGEP   à   l’aide   de   seaux   et   de   cuvettes d’une propreté   plus   que douteuse.

Pour   la   minéralisation   et   la   purification   de   l’eau,   ils   utilisent   des   filtres   dont l’authenticité et   l’efficacité,   aux   dires   de   certains   consommateurs,   ne   sont   pas   prouvées.   ‘’Un   soir,   nous   avons   acheté   quelques   sachets   d’eaux sur lequel il était mentionné en gros caractère « SUPER EAU NATURELLEMENT FRAICHE », dans   une   boutique   pour assouvir   le   soif   d’eau   qu’on   avait.   Vu   qu’il   y   avait   coupure   d’électricité,   j’ai   eu   la   curiosité d’allumer   la   torche   de   mon   téléphone   pour   jeter   un   coup   d’œil   sur   le   contenu   du sachet   d’eau.   À   ma   grande   surprise,   il   y   avait   des   tas   de   déchets   dans   le   sachet d’eau  que certains   de   mes   amis   avaient  d’ores et déjà   consommée   sans   attention’’,   nous   confiera   M.   Drissa Sacko. Selon   lui, les dits sachets d’eaux ne contiennent point d’adresse encore moins de numéro de téléphone. Pour finir, il dira que les   autorités   en   charge   de   la   gestion   de   l’eau   potable doivent   prendre   les   dispositions   idoines   pour   faire   face   à   la   situation.

En   pleine   expansion   au   Mali   depuis   le   début   des   années   2000,   l’eau   dite   ‘’minérale’’ commercialisée   en   sachet   qui   se   vend   bien en   raison   de   son   coût   peu   élevé génère   des profits   assez   conséquents   pour   les   producteurs   qui,   semble-t-il,   ne   jurent   que   par l’argent.   D’où   la   prolifération   des   entreprises      opérant   dans   ce   domaine.

Face   à   cela et   désormais   conscient   des   conditions   dans   lesquelles est   conditionnées   cette   eau   et   devant   le   danger   d’ordre   sanitaire   que   sa consommation   représente,   il   paraît   plus   que   jamais   urgent   pour   l’Etat   de prendre   des   mesures   interdisant   la   vente   de   cette   eau   ou   en   encadrant   tout simplement   sa   production   et sa   commercialisation   pour   le   grand   bonheur   des maliens.

“Il   est   temps   que   l’Etat   régule   ce   commerce   car   il   n’est   pas   normal   qu’on n’empoisonne   les   Maliens   de   la   sorte   au   vu et   au   su des   autorités   publiques”, a martelé   un   consommateur.

 

KANTAO   Drissa

MaliwebSociété
Produite   dans   des   conditions   opaques   et   douteuses,   l’eau   dite   “minérale” et commercialisée   en   sachet   un peu partout au Mali   constitue   un   danger   du   point   de   vue sanitaire   pour   les   populations. Au   Mali,   la   commercialisation   de   l’eau   dite   minérale,   vendu   à   50   franc   CFA   l’unité dans   des   sachets,   est   plus   que...