Cercle Badiangara Region Mopti

Tous les yeux étaient tournés vers le cercle de Bandiagara, dans la région de Mopti le début de la semaine pour immortaliser les évènements qui s’y sont passés. Cet intérêt pour la capitale du pays dogon n’avait rien à voir avec le flux touristique que connait cette ville millénaire ou l’euphorie des campagnes politiques pour l’élection des députés à l’assemblée nationale, mais il s’agissait pour les milliers de personnes venues de Bamako et de tous les coins du mali d’être témoins de l’inauguration d’infrastructures de la Fondation Togouna Agro-industries dans le cercle de Bandiagara et environ. En effet, depuis des jours les populations des villages voisins de Bandiagara, des autres cercles du pays dogon, de la région de Mopti, de Bamako se sont convergées vers la ville de Bandiagara pour répondre à l’appel citoyen de Seydou Nantoumé pour l’inauguration de plusieurs infrastructures de développement destinées à faciliter les conditions de vie des populations locales.

 

Pour saisir l’envergure de ces investissements, il est important et primordial de connaitre l’histoire de la Fondation qui est derrière tous ces investissements. Créée en 2007, la société Togouna Agro-industries, première société de production et de distribution d’engrais au Mali, s’est donnée comme mission de réduire la dépendance du pays vis-à-vis de l’extérieur en matière de fertilisants. Elle s’est dotée de l’unité industrielle de production d’engrais la plus performante de la sous-région. Elle exporte 40% de sa production au Burkina Faso, en cote d’ivoire, au Sénégal et en Guinée. Elle ambition aujourd’hui d’aider le Mali à passer d’une agriculture de subsistance à une agro-industrie. C’est dans ce cadre que la fondation Togouna Agro-industries a été lancée avec pour objet de soutenir tout projet visant à la valorisation des efforts de développement humain, en particulier dans les domaines de l’éducation, de la santé, de la culture, de l’assainissement, de l’agriculture, de l’environnement, des infrastructures etc. Pour ce qui concerne la présente cérémonie, elle a servi de cadre à l’inauguration d’un monument en plein centre de Bandiagara immortalisant l’eternel chasseur dogon, Nangabanou Timbely, fondateur de la ville de Bandiagrara avec une stèle de plus de 30 mètres de haut et des symboles dogons pour illustrer. Du rond où se trouve le monument de Nangabanou Timbely, parte la nouvelle « Rue Seydou Nantoumé », ou le PDG de Togouna Agro-industries a refait cette voie avec le pavé. En plus de ces deux infrastructures, le Lycée public de Bandiagara a reçu aussi la générosité de la Fondation Togouna Agro-industries. En effet, l’homme fort de Kama a fait construire 12 nouvelles classes, 2 salles d’informatiques équipées d’une trentaine d’ordinateurs neufs. Ces trois infrastructures de Bandiagara ont coûté plus de 800 millions de CFA à Seydou Nantoumé et qui ont incité quatre ministres de la république et quatre anciens Ministres à effectuer le déplacement pour être témoins de la coupure du ruban symbolique.  C’était donc le Lundi dernier que tout ce beau monde s’est retrouvé autour d’une manifestation gigantesque en plein Bandiagara en présence des notables de la ville, des autorités religieuses, des représentants de la famille fondatrice de Bandiagara, des autorités administratives avec en leur tête le gouverneur de la région de Mopti, les nombreuses associations dogon. Aussi, la présence de plusieurs hauts cadres de notre pays ressortissants de Bandiagara entre autres, l’ancien ministre des affaires étrangères et de la coopération internationale, M. Moctar Ouane, le président directeur général de la BMS, M. Baba Ly Bah, le président du HCI, M. Mahmoud Dicko. D’autres invités d’honneurs avaient aussi effectué le déplacement pour répondre à l’appel d’un ami pour certains et d’un collaborateur pour d’autres. Dans cette liste on peut citer la présence de Mahamadou N’Diaye dit Madoufing, ami et collaborateur du PDG de Togouna Agro-industries. Après plusieurs heures passées autour de cette cérémonie qui a été riche en intervention et en manifestation folklorique du terroir Dogon, la délégation plus de 2.000 personnes s’est rendue à Kama Sindi, village de Seydou Nantoumé, perdu dans les hauteurs des montagnes Dogon sur la route de Sangha à 35 kilomètres de Bandiagara. Ce fut une autre surprise pour les Ministres et les autres accompagnateurs, car sur la route les gens ont pu admirer les travaux de construction d’un pont-barrage de plus de 100 mètres de long. Arrivés sur place à Kama Sindi, les visiteurs du jour ont pu apprécier l’énormité des chantiers réalisés par Seydou Nantoumé. Ces nombreux chantiers coûtent à la fondation Togouna Agro- industries plus de 2 milliards de nos francs et donnent à Seydou Nantoumé la première place dans la catégorie de réalisation d’infrastructures pour le développement local et sur investissement propre.

 

 

Source: L’Express de Bamako

abdoulaye ouattaraSociété
Tous les yeux étaient tournés vers le cercle de Bandiagara, dans la région de Mopti le début de la semaine pour immortaliser les évènements qui s’y sont passés. Cet intérêt pour la capitale du pays dogon n’avait rien à voir avec le flux touristique que connait cette ville millénaire...