Dix-huitième  article au total et sixième de 2020 relatif à ce qui convient d’appeler convenablement par  « la descente aux enfers de Cri-2002 suite à l’avidité de Sall et à son désir effréné d’assurer sa promotion personnelle par le truchement de notre patrimoine commun créé en 2000 sous l’éclairage de feu Maître Abdoulaye Sékou-SOW, Président fondateur, ancien premier Ministre et ancien Conseiller à la Cour Constitutionnelle.

Mais avant de relater les raisons et le processus de cette posture de Cri-2002 dont la crédibilité fut établie sous notre 1er Président feu Maître SOW avant d’être sérieusement mise à mal par la voracité et l’égocentrisme de Abdoulaye Sall, un clin d’œil sur l’actualité relative à la gouvernance.

 La méthode des manifestations qui secouent depuis juin notre capitale prend de plus en plus une allure d’illégalité en ce sens qu’elle s’autorise à la destruction des biens publics et privés.

Et le plus écœurant est que la première institution constitutionnelle (Président de la République) s’est mise dans ce tourbillon d’illégalité en abrogeant le décret de nomination des membres de notre auguste Cour Constitutionnelle avec le seul souci de plaire au fameux M5. Peine perdue ! Ledit M5 se radicalise.

A ce stade, l’on ne doit céder à aucun accommodage et raccommodage politique contraire à la loi, notamment la loi fondamentale, ensemble de règles pré établies. Et bien qu’étant dans son rôle de protection de l’ordre dans l’espace, la CEDEAO, dès  sa première mission a brillé par la non maîtrise du droit malien en demandant des élections partielles suite à l’hypothétique démission des 31 députés contestés, oubliant ou ignorant royalement que la démission est purement volontaire d’une part et que le droit est du côté des députés contestés n’en déplaise à leurs détracteurs. Ou faut-il suspendre le droit parce que le M5 est mécontent ? Absolument non. Et non ! D’autant que c’est l’Etat de droit qui leur permet de manifester mais pas de casser.

Bref, wait and see le développement de cette crise singulière aux relents rocambolesques pour revenir à Cri-2002.

A force de combines, Sall créée trois catégories de membres sociétaires : les inconnus notoires, les faire-valoir et les zélés au détriment des membres fondateurs

 Les inconnus notoires : Ils sont méconnus des annales Cri-2002 et connu du seul Sall. Un énième cas d’infraction en termes de parrainage. Ils sont 5 dans le bureau frauduleux de Abdoulaye Sall.

  • Les faire valoir ou béni oui oui qui suivent le moribond courant dessiné par Sall sans murmure pourvu qu’ils aient leurs avantages financiers. Ils sont aussi 5 dans le honteux bureau mis en place par Abdoulaye Sall.
  • Les zélés sont essentiellement son ami Modibo Koly Kéïta (secrétaire général) son ex employée de l’OPAM Assétou Coulibaly (Trésorière) et le retraité TAGNININA Moussa Traoré pour qui la fin justifie les moyens quel que soit la manière. De complicité avec Sall (le retors), il voulait la place du Permanent sans avoir ni le curricula ni la vocation, juste pour assouvir ses appétits financiers voraces en tant qu’enseignant retraité.

Bon sang qu’est ce qui justifie le zèle de ce sinistre trio pris au piège irréversible de Sall ? La réponse simple se trouve dans la gestion des fonds Cri-2002  qui se fait par Sall seul comme en témoignent l’élaboration  et la validation de nos rapports financiers  en catimini (aucun rapport financier n’est connu du permanent du fait que le processus n’est jamais participatif). Sall s’en justifie toujours vaguement en bégayant que c’est l’affaire du comptable et de la trésorière alors qu’en réalité, il pilote les finances à un centime près.

Voilà à quoi rime le fonctionnement de Cri-2002 avec à la clé l’opacité, le népotisme débouchant d’une part sur la main mise programmée sur les finances Cri-2002 et d’autre part sur la propagande des idées rétrogrades , thématiques d’une pièce de théâtre et, fait inédit, mettant en scène un seul acteur : Sall.la stupeur est à son comble.

Vraiment, après le DEVOUE et DEMOCRATE feu Me SOW, la montagne Cri-2002 a accouché d’une souris sous la houlette de Sall.

Abdoulaye Sall a tout simplement trahi les valeurs fondatrices de l’Association Cri-2002 dont il ne figure guère, RAPPEL TRES UTILE,  parmi le trio initiateur. Désolant tout simplement !

 Les appétits gloutons ont dénaturé Cri-2002 sous la houlette du 2ème Président Sall

 Face à la contestation de ses rapports narratifs et financiers et même de son statut de Président, Abdoulaye Sall et ses acolytes rentrent dans une colère noire se traduisant par :

  • L’agression du clerc huissier lors de la rocambolesque Assemblée Générale
  • L’éviction forcée de la salle de réunion du Secrétaire permanent, membre fondateur de Cri-2002 au profit des tout nouveaux venus par les soins de Sall seul.
  • L’adoption furtive des rapports
  • La rédaction des lettres d’exclusion
  • L’appropriation de fait des 2 véhicules Cri-2002 par Sall qui seul a le droit de les rouler comme un bien familial.
  • La rétention des paiements des contestataires pendant que Sall paie sur fonds Cri-2002 ses amis, proches et enfants. Quelle moralité !

Autant de comportements funestes de Sall qui ont conduit Cri-2002 à la barre devant le juge. Et tenez bien, Sall est judiciairement désavoué depuis ce 15 mai 2020 par la Cour d’Appel.

Préalablement à l’action judiciaire, Sall avait été averti que la bataille sera à la fois judiciaire et médiatique en ce sens que les citoyens responsables dans ce pays ne peuvent donner plus de 20 ans de leur vie à une organisation fondée par feu Me SOW avec dévouement et se laisser marcher impunément sur les pieds. Il a superbement ignoré l’avertissement se croyant au-dessus des textes de Cri-2002 et même des lois de la République.

Vouloir rester vaille que vaille Président de Cri-2002 pour les délices  et non par dévouement, pour se servir et non servir  ne saurait prospérer pour la simple raison que bon nombre des membres fondateurs vivent encore, et Dieu merci.

Avec  le désaveu judiciaire subi, Sall perd toute légitimité de rester Président et pire, il perd toute tranquillité de conscience si conscience il a car, comme l’a si bien dit le 30ème Président américain Calvin Coolidge « la torture d’une mauvaise conscience est l’enfer des vivants »

 La crédibilité de Cri-2002 y compris de Sall s’est effondrée comme un château de cartes

Dans la manifestation de sa colère suite à la contestation de sa gestion aux antipodes des valeurs et principes de Cri-2002, Sall et ses 3 affidés perdent tout : légitimité, respect, honneur et tranquillité d’esprit.

Leur seule consolation reste l’argent qu’ils empochent indûment d’autant qu’ils s’attribuent le fruit d’efforts collectifs ignorant qu’on a beau aimer l’argent et la gloire, la fin de tels comportements est toujours pathétique. Il n’y a jamais d’échappatoire à cette évidence séculaire.

L’on a beau signaler à Sall son comportement iconoclaste (dans le mauvais sens), il persiste dans ses errements arguant ne jamais se tromper. Quel personnage ! L’homme n’écoute personne, n’a d’égards pour personne. Personnage singulier !

Or chacun de nous, nonobstant nos spécificités,  ne peut se départir des convenances générales sinon universelles. Lui, Sall, non, simplement atypique.

 Conclusion :

Quelques faits notables !

  • Janvier 2016 : changement unilatéral du code de l’adresse e-mail de Cri-2002 en complicité avec son bras droit et zélé Modibo Koly (encore le gros malinké dans tous les coups tordus avec Sall)
  • Septembre 2016le Permanent ayant reçu  l’appel du nouveau partenaire ‘Coopération luxembourgeoise’ d’informer Sall (injoignable pour cause de réunion à l’Hôtel Columbus) de la signature de la convention, Sall s’y rend seul à notre grand désarroi comme si Cri-2002 se résumait à sa petite personne ; ce qui me fait dire que ce monsieur n’a d’égards pour personne.
  • Les répertoires des autorités traditionnelles sont produits par un imprimeur connu de Sall seul pour raisons financières, le Permanent écarté sciemmentA l’arrivée de chaque nouveau partenaire de Cri-2002, Sall devient arrogant, fait cavalier seul et se rend indisponible pour rendre compte ; transparence et redevabilité méconnues des annales Cri-2002.

Autant d’actes posés à travers lesquels, l’on peut aisément conclure que Sall se prend pour ce qu’il ne peut jamais être. Il est et reste un SIMPLE PRETENTIEUX.

En appui à cet article,  la photo de passation entre notre cher 1er Président Maître Abdoulaye Sékou Sow et  Sall sous l’œil vigilant de monsieur Mamadou F. KEITA en fin 2003 au Centre Djoliba.

Bamako, le 06 août  2020

Le Secrétaire  à l’organisation depuis août 2000

Secrétaire Permanent depuis février 2010.

Mamadou F. KEITA

Source: Le Prétoire

MaliwebSociété
Dix-huitième  article au total et sixième de 2020 relatif à ce qui convient d’appeler convenablement par  « la descente aux enfers de Cri-2002 suite à l’avidité de Sall et à son désir effréné d’assurer sa promotion personnelle par le truchement de notre patrimoine commun créé en 2000 sous l’éclairage de feu Maître...