Le Conseil national de la  Société civile (Cnsc) était face à la presse le lundi 22 juin pour  la restitution de sa médiation dans la crise sociopolitique. Le Csdm est au centre de cette action citoyenne avec son président, Mohamed Chérif Haïdara. Occasion pour le chargé des questions de migration du Cnsc  de mettre sur la table le comportement peu respectable de la mission de bons offices de la Cedeao vis-à-vis de la Société civile malienne.

 

Pour défendre la patrie, le président du Conseil supérieur de la diaspora malienne n’a pas sa langue dans la poche. Il n’est pas rare de voir Mohamed Chérif Haïdara  recadrer certains partenaires s’il sent une volonté de torpiller l’intérêt du Mali.  Dans un langage très courtois, Mohamed Chérif Haïdara  refait surface en mettant la délégation de la Cedeao dans ses petits souliers.  «La Cedeao ne nous a pas appelés. Parce qu’il y a eu un cadre auquel nous  ne participons pas. Or, c’est grâce à la Société civile que les cinq points proposés par la cedeao ont été trouvés. « Avant l’arrivée de la Cedeao, la société civile était déjà à la tâche. Ignorer le Conseil national de la société civile malienne est un comportement discriminatoire qu’il faut éviter dans la gestion de cette crise», a-t-il prévenu.  Sans dire le mot, Mohamed Chérif met en garde les acteurs de la crise malienne contre la Cedeao, une pyromane qui cherche à se transformer en sapeur pompier.

C’est pourquoi, il estime que pour les prochaines étapes, une crise de confiance se posera avec  acuité  entre les Maliens et l’organisation sous- régionale. Ce, après la mauvaise expérience de 2012-2013 dans la gestion dossier après le coup d’Etat à ATT.  D’ailleurs,  on se rappelle encore le comportement d’Alassane Dramane Ouattara.  « Par ses prises de positions incohérentes ADO a affaibli le prestige de la Cedeao et ternit son image », a dit le président Haïdara.

Pour éviter une telle situation, Mohamed Chérif Haïdara préconise une solution malienne à la crise malienne qui exigera le recours à un cadre de dialogue entre les différents acteurs de la crise et des forces vives de la nation pour contrecarrer l’incapacité d’atteindre des consensus politiques en temps utile. C’est dans cette  dynamique que le Conseil national de la société civile a rencontré tous les acteurs  de la crise avec des propositions de sortie de crise. Il s’agit, notamment de la coalition de l’imam Dicko, le premier ministre et le président de la République, pour tenter de la désamorcer la crise.

Pour rappel, cette initiative de la Société  civile malienne a été inspirée par le président du Conseil supérieur de la diaspora malienne, Mohamed Chérif Haïdara.

Ces propositions  de la Société civile malienne se résument en cinq points à savoir  la démission de la Cour Constitutionnelle, la dissolution de l’Assemblée nationale, la satisfaction des revendications sociales, la mise en place d’un gouvernement d’ouverture et celle du dispositif de suivi du Dialogue national inclusif (DNI).

Ils ont été présentés par le président du Cnsc, Bréhima  Allaye Touré qui avait à ses côtés.

N.D

Le Prétoire

MaliwebDiaspora & ImmigrationSociété
Le Conseil national de la  Société civile (Cnsc) était face à la presse le lundi 22 juin pour  la restitution de sa médiation dans la crise sociopolitique. Le Csdm est au centre de cette action citoyenne avec son président, Mohamed Chérif Haïdara. Occasion pour le chargé des questions de...