Cette édition prévue du 8 décembre 2022 au février 2023, s’étalera sur trois mois

 

Ce rendez-vous de l’art visuel qui se tient chaque deux ans, dans notre capitale, est une initiative du ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme. Elle bénéficie de l’appui technique de quelques partenaires, à savoir : la Coopération suisse au Mali, l’Union européenne (UE), l’Institut français de Bamako etc.

A trois mois de la tenue de l’évènement proprement dit, la cérémonie de lancement de Biennale africaine de la photographie encore appelée les rencontres de Bamako, a été présidée par  le chef du département de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme, Andogoly Guindo.  C’était ce lundi 19 Septembre 2022 au Musée national du Mali.

En plus du ministre et un nombre important des membres de son cabinet, la cérémonie a aussi enregistré la présence de l’ambassadeur de l’UE au Mali, S E M. Barth Oury, le chef de bureau de la Coopération suisse, M. Patric Etienne, le Délégué général de cette 13ème édition, l’architecte Cheick Diallo, les artistes, les professionnels des images et un parterre de journalistes.

La 13ème édition des rencontres de Bamako a comme thème : « MAA KA MAAYA KA CA A YERE KONO » Ce qui signifie : sur la multiplicité, la différence, le devenir et le patriotisme. Elle est une manifestation internationale dédiée à la photographie et à la vidéo africaine sur le continent, c’est aussi un rendez vous incontournable de l’art contemporain qui mettra l’accent sur la multiplicité, la différence le devenir et l’héritage.

Aussi, durant deux mois, les rencontres de Bamako deviennent un lieu de découvertes artistiques et d’échanges, autour du Mussée national, principal site de la Biennale, les expositions rayonnent dans différents espaces culturels de la capitale malienne, à la Maison africaine de la photographie, au Musée du district de Bamako, au Mémorial Modibo Keita, à l’Institut français de Bamako, au Conservatoire des arts et métiers multimédias Balla Fasseké Kouyaté et au lycée Ba Aminata Diallo.

Près de 75 personnalités artistiques, du monde de l’art africain ont été invitées à contribuer à cette 13ème édition.

Pour Cheick Diallo, la présente édition est un rendez- vous unique qui permet de voir le monde à travers le regard des photographes. C’est aussi un espace de rencontre et de partage d’expériences.

Quant à Patric Etienne, il a salué la tenue de cet événement majeur de la culture malienne. « La présence de la Suisse à cette 13ème édition s’inscrit dans le cadre de leur programme de soutien à la culture malienne et cette rencontre est une initiative salutaire » a-t-il laissé entendre.

SE M. Bart Ouvry,  de son côté, dira que la Biennale africaine de la photographie est une initiative salutaire que l’UE accompagne. Puisque selon lui, l’Union européenne croit à la culture qui est un secteur économique.

« La biennale africaine est la principale manifestation internationale consacrée à la photographie contemporaine et aux nouvelles images en Afrique. D’envergure internationale, les rencontres de Bamako sont une plateforme de découvertes, d’échanges et de visibilité qui réunit les photographes venus du monde entier. Malgré la conjoncture économique difficile, le Gouvernement du Mali tient à maintenir ce rendez-vous culturel majeur » a avancé le ministre Andogoly Guindo dans son discours d’ouverture de la cérémonie.

Diakalia M Dembélé

Source : 22 Septembre