Face à la dégradation du tissu social, le ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme a organisé, jeudi dernier au Centre international de conférences de Bamako, la première réunion des membres du comité de pilotage du processus d’élaboration de la «Charte d’éthique et des valeurs du Mali».

 

La cérémonie était présidée par le ministre en charge de l’Artisanat, Andogoly Guindo, en présence de ses collègues de la Communication, de l’économie numérique et de la Modernisation de l’administration, Harouna Mamadou Toureh, de la Refondation de l’état, chargé des Relations avec les institutions, Ibrahim Ikassa Maïga et du ministre délégué auprès du Premier ministre, chargé des Réformes politique et institutionnelles, Mme Fatoumata Sékou Dicko.

Le ministre Guindo a rappelé la dégradation de nos valeurs culturelles qui demeurent le socle de notre identité. Et d’imputer cette déperdition à une multitude de crises que notre pays enregistre depuis plusieurs années. Il pose un diagnostic sans appel. «Aujourd’hui, l’édifice national semble menacé par des vents nouveaux. Toutes les sociétés du monde ont basculé d’une manière ou d’une autre vers de nouveaux rivages. La globalisation semble porter des effets corrosifs sur ces vertus et valeurs ancestrales.

Depuis des décennies, nous progressons vers un effondrement social et moral de la société, vers la perte de nos valeurs séculaires considérées inaltérables.

L’irrespect des règles de vie commune, la perte des valeurs morales qui accentue le phénomène de la perte de l’autorité parentale, de l’effritement du tissu social et de l’autorité morale de la société, l’affaissement de l’autorité de l’état, avec leurs corollaires de corruption, d’incivisme, la dépravation des mœurs, la déviance, etc». Et de rappeler que notre société traditionnelle reposait sur l’éducation, les vertus d’amour de la patrie, le courage, la dignité, le sens de l’honneur et de la parole donnée, le respect des aînés, le respect de la chose publique et l’amour du prochain. à le croire, les principes éducationnels tendaient vers un seul but : fabriquer un homme accompli.

Cependant, une réponse urgente et appropriée s’avère nécessaire pour freiner ce mal qui est en train de plonger notre société dans un effondrement total.Et c’est dans cette optique que le président de la Transition, le colonel Assimi Goïta a instruit le gouvernement à travers le département en charge de la Culture de prendre des mesures urgentes pour restaurer les valeurs qui ont toujours constitué le ferment et le ciment de notre société, d’où la mise en chantier du document «Charte d’éthique et des valeurs du Mali».

Le document se nourrira de nos expériences pratiques, proverbes ou vieux adages et s’adaptera aux schèmes intellectuels. Il s’agira de faire de la culture, le socle de la refondation du nouveau Malien, pétri des valeurs de Maaya et du Dambé, citoyen du «Mali Kura».

La méthodologie consiste à la collecte, à l’analyse, au traitement des informations recueillies pour la première partie et la validation du document référentiel par le forum des légitimités traditionnelles. Une fois le document validé, il sera officiellement remis au chef de l’État.

Amadou SOW

Source : L’ESSOR

MaliwebCulture
Face à la dégradation du tissu social, le ministère de l’Artisanat, de la Culture, de l’Industrie hôtelière et du Tourisme a organisé, jeudi dernier au Centre international de conférences de Bamako, la première réunion des membres du comité de pilotage du processus d’élaboration de la «Charte d’éthique et des...