En marge de la consolidation de la coopération entre le Mali et le département de l’Essonne, Aurélie Gros, vice-présidente déléguée à la culture, au tourisme et à l’action internationale est en visite au Mali, avec son président, depuis le 30 novembre dernier pour participer à l’inauguration des Rencontres photographiques de Bamako. Cette visite s’inscrit dans la promotion de l’identité du département de l’Essonne et l’officialisation d’un partenariat avec les Rencontres de Bamako pour le festival EM FEST, en février prochain.

 

l ‘Indépendant Week-end: Que devons-nous retenir de votre visite au Mali?

Aurélie Gros: Depuis 1996 le département de l’Essonne a établi un partenariat avec le Mali pour promouvoir la culture et la coopération internationale basée sur le mixage des cultures françaises avec celles du Mali. Ce partenariat a donné naissance à une coopération réseau en vue de mettre en commun les communes, les cercles maliens et français pour essayer de trouver des solutions au bien-être des populations maliennes et françaises. C’est dans ce cadre que nous avons effectué ce déplacement au Mali pour officialiser le nouveau programme de coopération réseau « RésEM » et aussi participer à l’inauguration des Rencontres de Bamako.

L’Indé-Week : Quels sont les accords que vous avez signés au cours de cette rencontre ?

A.G: La culture est un vecteur de cohésion, c’est elle qui réunit les peuples entre eux. Nous avons donc jugé nécessaire de mettre la culture au cœur de notre coopération. Elle peut être véhiculée par la langue, les coutumes, les us et tradition. Cet échange, rien que par la langue et la francophonie, permet aux peuples d’ici et d’ailleurs de procéder à un partage de connaissance et d’expérience. C’est ainsi que nous avons jugé nécessaire de procéder à la signature d’un partenariat avec les Rencontres de Bamako en vue d’atteindre les objectifs fixés par la coopération. Cette convention serait donc l’occasion propice pour les photographes et artistes maliens qui désirent s’aventurer en France, pour une durée de six mois, afin de revernir leurs expositions pour les Rencontres à venir.

L’Indé-Week : Pouvez-vous nous parler un peu du festival EMFEST ?

A.G : Le Festival des arts et cultures maliens en Essonne (EM-FEST), au départ était un petit festival mais grâce à un partenariat avec Salif Keïta l’année dernière cet événement a pris beaucoup d’envergure. Il a regroupé plus de 10.000 participants autour de la culture. Le but était de réunir tous les ressortissants du Mali vivant à Paris, plus spécifiquement ceux de l’Essonne. Car cette dernière est formée d’une forte communauté qui est de diverses origines. Durant une semaine, les artistes, l’art malien, la photographie rendent un vibrant hommage au Mali. Cette année, nous maintenons notre pacte de coopération avec Blonba et nous avons aussi bénéficié de l’appui d’un Franco-malien, parrain des rappeurs Français Oxmo Puccino, dans ce sens que le vernissage culturel entre la France et le Mali puisse porter ces fruits.

Entretien réalisé par B. DIABATE

Source: l’Indépendant

MaliwebCulture
En marge de la consolidation de la coopération entre le Mali et le département de l’Essonne, Aurélie Gros, vice-présidente déléguée à la culture, au tourisme et à l’action internationale est en visite au Mali, avec son président, depuis le 30 novembre dernier pour participer à l’inauguration des Rencontres photographiques...