Où sortir la semaine prochaine ? L’agenda culturel africain avec Anne Bocandé, rédactrice en chef d’Africultures. Pour ce premier agenda culturel de l’année 2017, destination le Bénin et le Sénégal… mais d’abord, un premier arrêt au Burkina Faso pour un festival de musique.

festival-culturel-soko

C’est le tout dernier jour de la deuxième édition du Soko Festival qui a débuté vendredi à Ouagadougou, plus précisément à l’institut burkinabè dans le quartier de Gounghin. Au programme aujourd’hui, plusieurs artistes bien connus notamment de la scène burkinabè. Mentionnons par exemple Baba Commandant, un artiste qui navigue entre afrobeat, punk et milite pour la musique traditionnelle mandingue.

Le groupe Kalyanga, groupe incontournable depuis les années 1990 qui a accompagné des artistes comme le rappeur Smockey ou Georges Ouédraogo, sera aussi présent. Ce genre de collaboration résume bien leur univers, entre musiques plutôt dansantes et traditionnelles dirons-nous et des inspirations hip-hop. Enfin, on peut citer dans la dizaine d’artistes présents ce jour, le reggaeman Freeman Tapily. De quoi ravir toutes les oreilles par la diversité de cette programmation.

Direction Podor au Sénégal

Pourquoi à Podor, cette ville à la frontière de la Mauritanie ? Parce que c’est dans cette ville qu’a vécu le photographe Oumar Ly décédé l’année dernière. Et c’est dans cette ville et plus précisément dans l’auberge du Tékrour appelée aussi la « Maison Guillaume Foy » que sont exposées jusqu’au 29 janvier ses propres photos, mais aussi des photos où il apparaît.

Oumar Ly avait ouvert le premier studio de photo à Podor dans les années 1960. C’est ce qui fait la richesse de son travail. Pendant plus de 40 ans, il a photographié la population de cette ville et de ses environs. Au départ, c’était pour les papiers administratifs, passeports, cartes d’identité, etc. Nous sommes alors dans les années 1960-1970 et la photographie commence à faire son apparition. Et puis, il a continué, ouvert son studio en 1963, et aujourd’hui c’est une véritable galerie photo de toute une époque que l’on peut découvrir.

Ouverture de l’exposition de Josué Azor à l’espace Joseph Kpobly de l’Institut français de Cotonou

Josué Azor, photographe haïtien d’une trentaine d’années, propose dès le 12 janvier et jusqu’au 31 janvier une série de photographies intitulée « Racines ». Il est invité au Bénin par l’association Laboratorio Arts Contemporains. Cette association travaille depuis 25 ans sur des projets de coopération interculturelle entre l’Afrique de l’Ouest, l’Europe et nouvellement les Caraïbes.

Dans « Racines », il est parti sur les traces de cérémonies vaudoues traditionnelles et particulièrement l’une d’entre elles qui se déroule dans un site religieux très important en Haïti près de la ville des Gonaïves, où a été déclarée l’indépendance du pays le 1er janvier 1804. Les photographies documentent, comme un reportage, les différents temps des rituels vaudous, les processions, les offrandes, etc. Avec notamment de très beaux portraits en noir et blanc.

Source : RFI

 

MALIACTUCulture
Où sortir la semaine prochaine ? L’agenda culturel africain avec Anne Bocandé, rédactrice en chef d’Africultures. Pour ce premier agenda culturel de l’année 2017, destination le Bénin et le Sénégal… mais d’abord, un premier arrêt au Burkina Faso pour un festival de musique. C’est le tout dernier jour de la...