Maillon essentiel de notre économie, car occupant 46 % de la population active, l’artisanat malien est aussi facteur de réconciliation et de cohésion sociale. Sa célébration à travers le  SIAMA est également un facteur d’intégration dans nos espaces économiques tant au niveau sous régional que régional.

 Le président de la République Ibrahim Boubacar Kéita a procédé, la semaine dernière, au lancement des activités de la 2e édition du Salon international de l’artisanat du Mali (SIAMA).

Etaient présents à la cérémonie du lancement de la 2e édition du SIAMA, le Président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, le Premier ministre Boubou Cissé, plusieurs membres du gouvernement, dont la ministre de l’Artisanat et du Tourisme, Nina Walett Intallou et ses homologues du Niger et du Burkina Faso, le ministre sénégalais de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat, Dame Diop et des invités de marque.

 Cette deuxième édition du SIAMA prévue du 7 au 21 novembre, regroupera les artisans maliens et ceux de plus de 10 pays qui vont exposer leur savoir-faire au public dans l’enceinte du parc des expositions.

Organisée par l’Assemblée permanente des chambres des  métiers du Mali (APCMM), en collaboration avec les organisations professionnelles d’artisans, la deuxième édition bénéficie de l’accompagnement du département de  tutelle.

Mamadou Minkoro Traoré, le président de l’APCMM et président de la commission d’organisation, au nom des artisans, a manifesté leur satisfaction et  n’a pas manqué de remercier non seulement le président de la République,  mais aussi la ministre Nina Walett Intallou d’avoir eu l’idée de porter ce Salon sur les fonts baptismaux.

Quant à la ministre Nina Walett Intallou, elle dira que « l’artisanat est un maillon essentiel de notre économie, car occupant 46 % de la population active, il est aussi facteur de réconciliation et de cohésion sociale. Le SIAMA est également un facteur d’intégration dans nos espaces économiques tant au niveau sous régional que régional ».

Elle a aussi indiqué que l’un des grands challenges du SIAMA est de faire consommer aux Maliens le “Made in Mali” car selon elle, l’artisanat malien dispose de tous les atouts pour proposer des produits authentiques en valorisant les matériaux sobres,  mais nobles de chez nous.

 La ministre de l’artisanat s’est félicitée de l’engouement suscité  par ce Salon dont le nombre de stands est passé de 800 à la première édition à 1600 à la deuxième édition. Cette année, des exposants sont venus d’Algérie, du Bénin, du Brésil, du Burkina Faso, du Cameroun, de la Côte d’Ivoire, du Ghana, de la Guinée-Conakry, du Maroc, de la Mauritanie, du Niger, du Togo, du Sénégal…

Le ministre de l’Emploi, de la Formation professionnelle et de l’Artisanat du Sénégal, Dam Diop, a non seulement tenu à remercier le Mali pour le choix porté sur son pays, mais aussi a parlé de synergie d’action afin de faire face aux défis qui se posent au secteur de l’artisanat.

Enfin, le président de la République, Ibrahim Boubacar Kéita, après la coupure du ruban symbolique et la visité de nombreux stands,  a salué la place de l’artisanat dans notre pays et le savoir-faire de nos artisans.

Mahamadou Sarré

Source: L’Observatoire

MaliwebCulture
Maillon essentiel de notre économie, car occupant 46 % de la population active, l’artisanat malien est aussi facteur de réconciliation et de cohésion sociale. Sa célébration à travers le  SIAMA est également un facteur d’intégration dans nos espaces économiques tant au niveau sous régional que régional.  Le président de la...