Désormais les dépenses lors des événements sociaux à Tombouctou sont réduites et fixées par ordonnance de l’Imam Harber Oumar et sur décision du conseil du quartier d’Abaradjou. Dans la ville des 333 saints, les mariages, les baptêmes les Tabey Kar (Cérémonie de Turban) et même les décès sont synonymes de dépenses extravagantes.

De ce fait, suite à plusieurs plaintes et à la tournure que prenaient l’organisation et les dépenses engendrées. Le jeudi 31 janvier 2019, le conseil du quartier d’Abaradjou à Tombouctou a finalement décidé de prendre le problème à bras-le-corps, avec l’ordre de l’Imam du même quartier, Barber Oumar.

Une décision qui consistait à réduire le montant de la dote à 100.000FCFA, le contenu de la valise pour le mariage religieux a été réduit à seulement quatre complets ainsi que toutes les autres dépenses liées au mariage. Cette décision s’appliquera également au défilé des engins, les cortèges incessants, et même le port de la robe de mariée moderne n’est plus autorisé selon le veto des sages d’Abaradjou. Aux femmes, il est demandé d’amoindrir le coût des cérémonies sociales, mariage, baptême, funérailles dont la méthode d’organisation ne semble pas convenir à la plupart des habitants de cette ville.

De prime abord les décisions semblent faire l’unanimité sauf celle concernant les dépenses dédiées aux festivités du mariage, qui reste un sujet sensible suscitant une divergence de points de vue. Surtout chez celles qui ne sont pas encore mariées.Les jeunes filles se disent avoir été mises en «Promotion». «Cette décision ne me convient pas du tout, car l’homme doit valoriser la femme et le démontrer lors de son mariage en finançant autant que possible », soutient une jeune fille qui préfère s’exprimer sous anonymat.

La jeune célibataire se sent lésée et regrette d’avoir dépensé dans le passé pour d’autres jeunes mariées «C’est injuste de ne pas être remboursée après autant d’efforts, tant d’argent investi dans les mariages des amies » a-t-elle déploré craignant pour son futur. Ag Alou, un jeune Tombouctien pas encore marié, pour sa part reste perplexe sur un seul point, celui relatif à l’interdiction faite aux jeunes filles de porter une robe de mariée dite moderne. «Je ne suis pas d’accord, car je pense qu’on peut belle et bien porter une robe moderne ou occidentale, l’essentiel est d’être habillé décemment», défend-il. Par ailleurs, Ag Allou approuve les autres décisions annoncées par le conseil.

 

Selon lui, elles sont vraiment salutaires, car eux célibataires ne vont plus avoir peur de franchir le pas, pour faute de grands moyen financiers. Pour d’autres jeunes de Tombouctou, ces décisions ont même tardé à venir. ElhajTandina affirme avoir toujours été contre qu’il appelle une ’’extravagance inutile’’. «Lors des décès, au lieu de pleurer nos défunts, c’est plutôt la crainte de comment l’on va pouvoir prendre en charge un monde important pendant une longue période qui préoccupe les gens », s’offusque-t-il. Elhaj espère que ces décisions seront appliquées dans tous les autres quartiers de Tombouctou.

Que l’on soit pour ou contre, le coup est déjà parti, donc il n’est plus possible de revenir en arrière. Pour l’instant le quartier Bella Farandi applique effectivement les nouvelles décisions, et on espère que les autres quartiers seront des bons élèves.

Niamoye SANGARE

nordsudjournal

MaliwebCulture
Désormais les dépenses lors des événements sociaux à Tombouctou sont réduites et fixées par ordonnance de l’Imam Harber Oumar et sur décision du conseil du quartier d’Abaradjou. Dans la ville des 333 saints, les mariages, les baptêmes les Tabey Kar (Cérémonie de Turban) et même les décès sont synonymes...