L’Association Yélemané Dagakané a effectué du 19 au 26 janvier 2019, une mission de grande envergure dans tout le cercle, pour évaluer, à mi-parcours, les projets de développement que leurs membres de la diaspora et du Mali ont entamé il y a deux ans. C’est une forte délégation venue de la France et des autres pays de la diaspora, avec à sa tête, Samba SIBY, et Bakary DIOMBO, respectivement Secrétaire général et Porte-parole de ladite association, qui a sillonné tout le cercle. Il s’agissait aussi pour cette mission, de monter les efforts des ressortissants du cercle de Yélemané pour le développement du pays. 

 

C’est avec faste que les populations des douze communes du cercle de Yélemané ont accueilli cette délégation, dont les membres se sont donné la mission de soulager la souffrance des leurs compatriotes. Pendant dix jours, la délégation a visité les 103 villages du cercle pour non seulement apprécier ce qui a été fait, mais aussi s’enquérir des difficultés auxquelles les populations sont confrontées.

Ce sont des investissements de plus de deux milliards qui ont été réalisés par les membres de Dagakané dans ces localités en deux ans.   

Des savonneries dans chaque village, au moins deux adductions d’eau pour la desserte d’eau potable, un moulin dans chaque village, des dizaines de routes en latérites, des ponts, des fonds d’activités génératrices de revenus pour des programmes et projets de développement, pour stopper l’immigration clandestine des jeunes sont entre autres initiatives de cette association, dont le coup d’essai est un véritable coup de maitre.

L’association Dagakané s’engage à soulager les souffrances de tous les Maliens.

« Nous avons commencé par notre région, mais nous sommes là pour tous les Maliens. Ces projets-programmes sont la volonté manifeste de tous les membres de notre association, d’inciter tous les migrants à faire comme nous. Au-delà de sa vision humanitaire, l’association Dagakané lutte aussi contre l’injustice que subissent les populations au quotidien », a dit le secrétaire général.

Des réalisations concrètes

Dans la commune rurale de Kirané, un forage d’une capacité 10 000 M cube/par heure, qui a coûté à l’association près de 3 500 000 FCA sert le village et ses environs, depuis quelque temps. Mieux, la mission a constaté avec satisfaction la réalisation d’un jardin maraicher de 6 hectares, doté des forages.

La commune de KORAMPO, qui avait un problème criard de transport surtout d’évacuation des malades a été dotée d’une ambulance de marque Toyota d’une valeur de près de six millions de F CFA.

La commune rurale de Kakoulou a quant à elle bénéficié d’une adduction d’eau potable, d’une valeur de 15 millions, d’un jardin maraicher, d’une savonnerie, d’une mototricycle, pour faciliter le transport des marchandises et le déplacement de sa population.

Pour un coût global de près de 300 millions, la commune rurale de Toya a bénéficié d’une route en latérite de 5 kilomètres, des moulins dans chaque village, d’une savonnerie, d’une adduction d’eau d’une savonnerie, d’un centre de santé équipé et d’une moto tricycle.

Signalons que toutes les 12 communes du cercle de Yélemané sont actuellement dotées d’un centre de santé ou des équipements pour améliorer le plateau technique de ceux qui existaient déjà. Ainsi, chaque centre de santé comporte désormais une salle d’attente, une pharmacie, des salles d’hospitalisation, des salles d’accouchement, des bureaux, un laboratoire, une salle de radio et des toilettes. La construction et l’équipement de ces centres sont financés entièrement par l’association.

« C’est grâce à l’effort de tous les fils de la commune rurale de Toya en particulier et ceux de Yélémané, que ces joyaux ont pu être réalisés. Donc, nous avons plus que besoin de paix et de cohésion sociale pour un développement durable de notre pays. Au comité de gestion de ces centres, au personnel soignant, je vous conseille de prendre soin de ce contre de santé, notre centre de santé dirai-je, pour que des générations puisse en bénéficier », a dit Mme Coumba MAGASSA, conseillère municipale, qui nous confié que la corvée d’eau était une pénitence pour les femmes de sa commune.   

Toumani CISSE, maire de la commune rurale de Manrekafo, s’est quant à lui, réjoui du financement du jardin maraicher, d’un moulin d’une valeur de près de deux millions.

« Nous ne sommes que satisfaits du travail de nos jeunes de la diaspora et de l’intérieur. Regardez, comment nous sommes à l’aise chez nous ! Vraiment, nous les soutenons. Je leur demande de continuer sur cette lancée pour que les futures générations suivent leurs pas », a-t-il dit.

Fatou Traoré de la commune rurale de Kirané se dit autonome, grâce à la savonnerie de son village.

« Avant, nous étions obligées de demander à nos maris de prendre certaines petites dépenses en charge. Mais, grâce à mes savons que je vends, je ne demande plus de l’argent à mon mari. Les savons que je vends me permettent de subvenir à mes petits besoins », a-t-elle dit, avant de remercier les donateurs de l’unité de savon.

La rivière ‘’Goudiou-goudiou’’ qui sépare les villages de Kremis et Lakanguemou est enfin couvert d’un pont construit par l’association pour sauver des vies.

« Les véhicules qui tentaient la traversée étaient emportés par le courant d’eau, des personnes mourraient noyées, des animaux et des biens emportés disparaissaient dans les courants d’eau pendant la saison hivernale. Après une pluie, les piétons et les autres usagers devaient attendre quatre heures ou plus pour pouvoir regagner le village de Kremis, qui est pourtant à un pas de la rivière. Pour soulager les populations de la Commune rurale de Kremis, l’association Dagakané a construit ce pont. Maintenant, nous ne sommes plus traumatisés, quand le temps menace. Merci à nos jeunes de Dakgkané », a dit Moussa SAMBAGUESSI, résidant du village de Kremis.

À ces réalisations, l’association Dagakané a effectué des missions de secours courant 2018.

« Le village de Kakoulou a connu plusieurs vagues d’inondations la dernière date le 10 aout 2018. Ce jour-là, au réveil le village entier a été inondé et plus de 200 familles étaient touchées. Nous avons subi des dégâts matériels. Ainsi, les greniers étaient complètement submergés par l’eau et les puits infectés. Nous avons été toute de suite secourus pendant cette période de crise par, les 12 comités de l’association Dagakané des différentes communes du cercle et de l’association mère. Ils se sont mobilisés pour nous venir en aide. Ils ont cotisé des millions pour sortir le village de l’eau. Mieux, ils se sont mobilisés pour aider les villageois à dégager des routes pour nous sortir de l’eau », a dit Saye Makadji, un habitant.

Dans la commune rurale de Doingaka, l’association, en plus des réalisations matérielles, a doté des personnes en situation de handicap de moto tricycle.

La mission a pris fin par la visite des communes rurales de Tambcara, Gory et celle de Tringa. Comme celles, les populations des autres communes, ont remercié l’association pour des lampadaires solaires, des centres de santé, des jardins maraichers, entre autres.

PAR CHRISTELLE KONE

Source : Info-Matin

MaliwebSociété
L’Association Yélemané Dagakané a effectué du 19 au 26 janvier 2019, une mission de grande envergure dans tout le cercle, pour évaluer, à mi-parcours, les projets de développement que leurs membres de la diaspora et du Mali ont entamé il y a deux ans. C’est une forte délégation venue...