Tout en étant satisfait de la prise en compte de ses principales préoccupations aussi bien dans la Feuille de Route que dans la Charte de la Transition, le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME) reste un acteur majeur des changements dont le pays a besoin dans tous les domaines.

« Les Maliens établis à l’extérieur face aux enjeux de la Transition » est le thème d’une conférence de presse animée ce vendredi 23 octobre 2020 au siège du HCME par son vice-président Mohamed Sidibé. C’était en présence d’autres responsables dont M. Camara, de Mme Diarra Mariam Savané de la Cellule du Gabon, M. Hamidou Traoré de la Cellule de France

Dans sa déclaration liminaire, le conférencier Mohamed Sidibé, dira qu’à la suite des revendications socio-politiques conduites par le M5-RFP, le Mali vit depuis le 18 Août 2020 une transition militaire, d’abord assurée par le CNSP, puis par un Gouvernement de Transition mis en place sur la base d’une Charte nationale après les négociations avec la CEDEAO. « En tant qu’association reconnue d’utilité publique, le HCME a le statut de représentant officiel des Maliens établis à l’extérieur et d’interlocuteur des pouvoirs publics. C’est à ce titre qu’il désigne les représentants des maliens de l’extérieur au sein des institutions », a expliqué le vice-président du HCME.

Textes non violés

Contrairement aux allégations qui font état de la fin du mandat du bureau actuel et l’exercice par celui-ci dans l’illégalité, M. Mohamed Sidibé explicité : « Le HCME tient régulièrement ses assises dans les délais statutaires. Cependant, à cause de la pandémie du Coronavirus ou COVID 19, il a dû reporter la réunion de son Conseil d’administration qui devait se tenir en Avril et celle de la Conférence au mois d’Août 2020 ».

Et le vice-président de renchérir : « Ce rapport est justifié par un cas de force majeure à l’échelle planétaire et je ne saurais rendre le Bureau actuel du HCME illégal, comparativement à tous les participants ainsi que les autorités maliennes ont été connues dans les délais requis ».

A ses dires, « dès que la situation reviendra à la normale, les convocations seront renouvelées et les assises se tiendront ».

Gestion de la Transition

En tant qu’acteur incontournable dans la gestion du pays, le HCME a, dans le cadre de sa mission, participé du 10 au 12 septembre 2020 à la Concertation Nationale sur la Transition. Selon le conférencier, une quinzaine de pays étaient présents malgré les restrictions imposées par le COVID 19, dont le président Habib Sylla qui a en personne conduit la délégation au cours des trois jours de concertation. « Les principales préoccupations du HCME ont été prises en compte aussi bien dans la Feuille de Route que dans la Charte de la Transition », s’est félicité le N°2 de la structure. Il s’agit, à en croire à lui, du « choix de la terminologie figurant déjà dans la Constitution, à savoir « Maliens Etablis à l’extérieur » au lieu de « Diaspora », la présence effective des Maliens établis à l’extérieur au sein du Conseil national de transition (CNT), qui est appelé à être l’organe législatif de la Transition chargé d’examiner les réformes ».

Par ailleurs, la lutte du HCME sera aussi traduite par l’obtention de la création d’une Collectivité publique dédiée aux Maliens de l’extérieur. Ce qui couronnera non seulement la lutte mais aussi permettra sa représentation plus équitable au sein des institutions.

Par ces premiers résultats, le HCME entend y représenter l’ensemble des Maliens établis à l’extérieur, pour rester un acteur majeur des changements dont le pays a besoin dans tous les domaines, pour que soit pris en compte la dimension Migration et Développement dans toutes les politiques publiques au Mali.

EL Cyrilito DACK/ Icimali

Contact : 71 67 92 58

MaliwebDiaspora & Immigration
Tout en étant satisfait de la prise en compte de ses principales préoccupations aussi bien dans la Feuille de Route que dans la Charte de la Transition, le Haut Conseil des Maliens de l’Extérieur (HCME) reste un acteur majeur des changements dont le pays a besoin dans tous les...