Le ministre des Maliens de l’extérieur a réitéré le serment de l’état à soutenir les dynamiques locales engagées par les populations à la base dans les localités à forte migration. Cela, en initiant des activités favorisant la réinsertion des migrants de retour ou les candidats potentiels à la migration, en les fixant par exemple sur leur terroir. Amadou Koïta a lancé, vendredi dernier dans la salle de conférence de son département, des projets d’insertion et de réinsertion en faveur des migrants de retour et des candidats potentiels à la migration irrégulière au titre de 2019.


71 au total, ces projets concernent les Régions de Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Tombouctou et le district de Bamako. Ils ont été retenus par la commission de sélection à l’issue de l’analyse des projets soumis en 2018, conformément aux critères fixés.

Les bénéficiaires choisis et identifiés comme « migrants de retour », se sont associés avec des migrants ou jeunes candidats à la migration irrégulière. Aussi, les activités proposées dans leurs projets sont réalisables. Les projets pertinents, dont le financement dépasse largement les fonds prévus sur le Budget spécial d’investissement (BSI), sont soumis à des partenaires pour financement. En outre, les offres qui n’ont aucun lien avec la migration ou manque de documents réels ont été rejetées.
Interrogée à ce propos, Alimatou Coulibaly, bénéficiaire du projet, confirme la transparence du processus de sélection des projets. Agée de 25 ans, celle qui s’est présentée comme journaliste de formation, dit avoir suivi une formation au Ghana.
« J’y ai passé trois ans à la recherche d’un boulot qui ne venait jamais. Je suis alors rentrée au Mali. On m’a informé que le projet insertion aide les jeunes à réaliser leurs ambitions. Ainsi, j’ai déposé mon projet au niveau du ministère. Quelques temps après, on m’a appelé pour m’informer que mon projet a été retenu. Je suis aussitôt venue signer la convention », a-t-elle détaillé. Alimatou Coulibaly va créer une agence de communication dénommée « Agence Alima ».

Procédant au lancement officiel des projets au titre de 2019, le ministre Koïta s’est dit convaincu que l’une des réponses adéquates à la migration irrégulière passe par la mise en œuvre d’actions qui constituent des solutions durables. Pour ce faire, la mise en place de ce fonds traduit, selon le chef du département en charge des Maliens de l’extérieur, la concrétisation de la volonté de l’état sur la question migratoire, notamment la réintégration des migrants de retour. « Ainsi, d’importantes initiatives sont en cours dans notre pays dans le cadre de la mise en œuvre du Plan d’actions conjoint de la Valette sur la migration avec l’Union européenne, dont le Mali est l’un des pays prioritaires dans ce processus », a ajouté Amadou Koïta.
En attendant, ces projets financés à 100% par l’état à travers le Budget spécial d’investissement 2019, permettront l’insertion ou la réinsertion de 739 migrants de retour et jeunes candidats potentiels à la migration régulière, a spécifié le ministre des Maliens de l’extérieur. Selon les termes de référence, leur financement permettra la création de 2203 emplois permanents. Le Programme, créé en 2016, a financé 24 projets qui ont permis la création de 775 emplois. En 2017, 27 projets ont été financés dans le même cadre. Ils ont permis la création de 312 emplois permanents en faveur des migrants de retour et des jeunes candidats potentiels à la migration irrégulière. Cela, à travers des activités comme l’aviculture, l’embouche ovine et bovine, le maraîchage et les ateliers métalliques.

Aminata DIAKITÉ

Source: L’Essor-Mali

MaliwebDiaspora & Immigration
Le ministre des Maliens de l’extérieur a réitéré le serment de l’état à soutenir les dynamiques locales engagées par les populations à la base dans les localités à forte migration. Cela, en initiant des activités favorisant la réinsertion des migrants de retour ou les candidats potentiels à la migration,...