Le Samedi 24 septembre 2022, le représentant du Mali à la tribune des Nations-Unies a fait un discours dans lequel une majorité des africains s’y retrouvent. Au lendemain dudit discours, certains de nos lecteurs ont donné leurs impressions. Lisez plutôt

 

Tahirou Bah :

Le discours de Son Excellence Abdoulaye Maiga à la 77èmesession de l’assemblée générale des Nations Unies marquera à jamais l’histoire des peuples en lutte. De manière perspicace opiniâtre, pointue et avec une grande pédagogie digne d’un malien authentique il a fait preuve de dignité et d’honneur. Il a pointé du doigt les maux de notre pays, il a situé les failles, les responsables et les responsabilités. Il est resté digne dans son discours historique sans jamais se victimiser et où se repentir encore moins dans la pleurniche !

Le Mali entier est fier de lui et l’Afrique aussi. Nos pères fondateurs peuvent dormir tranquillement dans leurs tombes parce que la relève est assurée avec force et dignité…

Les mots me manquent pour exprimer ma joie et mon émotion tant son discours historique sans précédent et sur la ligne droite des aspirations profondes et légitimes de notre peuple doit être gravé dans le marbre pour servir de repère aux générations futures. Mission accomplie. JE RÉPÈTE, Mission accomplie. JE RÉPÈTE UNE DERNIERE FOIS, Mission accomplie.

 

Dr Kassim Traoré :

Merci de m’avoir donné l’occasion de m’exprimer à propos du discours très éloquent du PM intérimaire de la république du Mali. Ce discours tenu lors de la 77èmesession a pris en compte toutes les préoccupations du peuple malien, je dis bien le peuple malien, car, c’est la majorité qui compte. Je pourrais dire qu’un tel discours n’a jamais été tenu lors d’une session des Nations Unies ! En somme, c’est le DISCOURS de l’année !

 

Pr Clément Mamadou Dembélé :

Le discours du Premier Ministre Abdoulaye Maiga s’inscrit dans la droite ligne de la posture actuelle du Mali. Il s’agit d’affirmer notre souveraineté, notre dignité au-delà des intérêts économiques individuels. Malgré quelques regrettables dérapages discursifs portant sur des règlements de compte et des réponses aux bassesses, le Premier Ministre a articulé son discours autour de deux grands axes : la fermeté et la diplomatie égalitaire. Par là il a été excellent de montrer que le Mali d’aujourd’hui n’est plus celui d’hier, que notre paradigme politique et idéologique s’oriente vers des partenariats gagnant-gagnant et non des relations de complexe d’infériorité et d’exploitation. Le Colonel Abdoulaye Maiga s’est montré véritablement un premier ministre à la hauteur des attentes d’un peuple désormais épris de liberté, de dignité retrouvée et de fierté nationale.

Quelques passages du discours marquent profondément les esprits. Il s’agit du bilan des évolutions vers les élections 2024, les futures réformes nécessaires pour un Mali apaisé, véritablement démocratique et propice au développement économique, politique et culturel.

Il reste maintenant à poser des actes, toujours des vrais actes au-delà des discours pour relier la parole à l’action.

 

Ismael Youssef Koné :

D’abord je tiens à rappeler que l’assemblée des nations est un forum à partir duquel la partition Mali a été déclarée inviolable en 2012.Cette Assemblée s’est prêtée à l’écoute du Mali face à la forte mobilisation des indépendantistes du MNLA soutenue à l’époque par plusieurs états occidentaux.Par ailleurs, le Premier Ministre actuel, s’est accordé le privilège de répondre à des reproches non-nécessaires mais dans un élan d’esprit maladroit et non bénéfique pour le Mali.Le premier ministre doit d’abord comprendre qu’il est impératif de renouer le dialogue avec l’ensemble des États considérés comme étant intéressés par le bien-être du Mali.

 

La grandeur de la participation de PMPI à la 77èmeassemblée des nations unies devrait repositionner le Mali au rang des attentes concernant la sécurisation intégrale du Mali afin de redonner aux populations des zones en conflits un espoir de vivre en paix. L’idée d’appliquer la loi du talion comme il le prétend est non nécessaire.L’ONU existait quand Alassane allait en référendum.Bazoum a occupé le poste de Ministre des affaires étrangères avant d’être président de la république du Niger. Qu’il soit Nigérien ou pas, rappelons-nous qu’Obama est d’origine Kenyane et Nicolas Sarkozy est Hongrois tout comme l’actuel vice-présidente Américaine est d’origine indienne.

Parlant de Guteres qui s’est toutefois porté l’oreille à l’écoute du Mali aux nations Unies, je crois qu’une fois encore notre PM est passé à côté. A écouter les propos du Maire de Talataye et les cris des populations désertées du centre comme du nord, fuyant la pression de l’EIGS et d’autres entités terroristes, il serait très tôt d’avancer le retour des déplacés alors que des mesures de protection de ses déplacés et de leurs biens ne sont pas totalement effectués pour manque de moyens. Ni la France, ni la Russie, optons pour un Mali apaisé.

 

Hamady Dicko :

Je tiens tout d’abord à rappeler que derrière la rigueur des mots se cache la mollesse des actions, ce que nous avons besoins aujourd’hui ce n’est pas de continuer ad vitam æternam à alimenter des tensions diplomatiques ou du moins à ouvrir plusieurs fronts étant donné que nous avons plusieurs défis à relever…nous ne devons pas tomber dans le piège de cela qui souhaite nous voir échoué…les attentes des maliens sont nombreux vis-à-vis des autorités actuelles au lieu de trouver des solutions à nos problèmes…il faut aujourd’hui une diplomatie économique qui part chercher des opportunités et des potentiels investisseurs afin de créé plus de richesses, pour palier à l’extrême pauvreté qui se vit au Mali. Il urge de se mettre au travail seul gage d’un Mali prospère.

 

Boubacar Koumaré :

À mon sens le discours du Premier ministre par intérim se situe dans une certaine continuité des actes posés depuis le second coup d’Etat ayant conduit le président de la transition chef de l’Etat Assimi Goita au pouvoir.

L’essentiel du discours s’articule autour de l’affirmation de la souveraineté du Mali qui désormais veut être traité d’égal à égal dans ses relations bilatérales avec les autres pays et se refuse tout dictât. Il dénote de la volonté des plus hautes autorités de refuser tout paternalisme international au sujet de la gestion de notre pays.

Ce discours, la majorité des maliens s’y reconnait même si le ton a été souvent assez dur à l’endroit de certains chefs d’Etat de pays voisins avec qui nous nous devons d’aller vers un climat d’apaisement. Cela est d’autant plus nécessaire que nous Partageons des problèmes communs (terrorisme et autres) que nous devons juguler ensemble.

Nous osons espérer maintenant qu’après ce discours à la tribune des NU, une place de choix sera accordée aux priorités à l’interne telles les réformes politiques et institutionnelles, plus de sécurité pouvant nous conduire à des élections transparentes et apaisées.

Il convient de noter que le socle de cette réussite repose sur un climat apaisé, un dialogue franc et l’union entre les maliens.

 

Docteur Sidiki SANOGO, Médecin Praticien :

De Passage, je souhaite bonne fête d’indépendance à toutes et à tous. C’est avec un réel plaisir que j’ai l’honneur de donner mon point de vue concernant le discours du Premier ministre par intérim le Colonel Abdoulaye Maiga, tenu lors de la 77èmesession ordinaire du Conseil des Nations Unies.

Je tiens à lui féliciter pour son courage, son sacrifice ainsi que son professionnalisme de tenir haut notre pays qui est le Mali en faisant face aux européens pour dire les vérités du peuple souverain Malien. Comme un adage Africain le dit : “La vérité rougit les yeux mais ça ne les crève pas”. Il était vraiment temps que notre pays sort de son silence pour montrer au monde que nous ne resterons toujours pas soumis face aux occidentaux. Notre gouvernement a fait ce qu’il fallait faire, maintenant on doit assumer les conséquences. Pour cela nous devons rester soudés, Unis dernière notre Transition dirigée par son SEM Colonel ASSIMI GOITA, chef de l’état pour qu’ilpuisse sortir dans ce pétrin dont notre pays est confrontédepuis des longues années. Encore une fois de plus nous encourageons notre Transition a continué dans ce chemin et qu’elle sache que la population malienne la soutiendra.

Pour terminer, je tiens à remercier le journal ‘’Le Confident’’ de m’avoir donné l’occasion d’exprimer mon point de vue sur le célèbre discours du Premier ministre par intérim le Colonel Abdoulaye Maiga, un discours qui restera sans doute dans l’histoire du Mali.

 

Matenin Niambélé :

Ce discours du Premier ministre malien Abdoulaye Maiga à la tribune des Nations Unies, qui viole tous les codes diplomatiques, et qui, sans aucun doute, fera date dans l’histoire politique de l’Afrique contemporaine, est le cri de cœur de tout un peuple poussé à bout par le mépris et la condescendance avec lesquels on les traite depuis des mois maintenant.

Et il y a une réalité qu’il ne faudrait pas ignorer : aucun de ces jeunes militaires au pouvoir actuellement au Mali n’est un analphabète. Ils sont, au contraire, très instruits, tous sortis de prestigieuses écoles militaires ou civiles, et ne sont prêts à accepter les intimidations de qui que ce soit.

Ça change carrément des paradigmes du militaire analphabète qui s’empare du pouvoir et qui se fait impressionner et manipuler par n’importe qui.

Messieurs Alassane Ouattra, Bazoum et les autorités françaises qui ont pris beaucoup de balles (amplement méritées) dans ce discours, doivent le comprendre désormais. On ne réglera pas le problème malien à coup d’injures et d’humiliations contre le Mali.

Il est temps, maintenant, que tout ceci cesse et que la paix revienne entre les voisins. La sous-région ouest-africaine a trop de problèmes pour se laisser ainsi déchirer.

SourceLe Confident