Si certaines nominations ont été accueillies avec des tonnerres d’applaudissements, d’autres continuent de susciter colère et indignation au sein de l’administration des douanes.

A la faveur des nominations, effectuées il y a deux semaines par la direction générale, la colère est montée d’un cran au sein des hauts cadres de la douane.
Très remontés contre la direction générale, certains inspecteurs qualifient ces nominations de « nominations à la carte ». Curieusement, certains cadres, avec des grades supérieurs, se sont retrouvés sous les ordres de leurs subalternes. L’homme qu’il faut, disent-ils, est rarement à la place qu’il faut.
«Tout cela est dû à l’absence de plan de carrière à la douane», déplore un inspecteur, qui a requis l’anonymat.
D’autres auraient, déjà, saisi le syndicat. Afin, disent-ils, de mettre un terme à ce népotisme. Qui n’a que trop duré à la douane.
Pour eux, la baisse des recettes, ces derniers mois, s’explique, en partie, par ces nominations au faciès. Des bureaux, censés jouer un rôle prépondérant dans le recouvrement des droits et taxes, auraient été confiés à des cadres, qui n’en ont ni la compétence, ni le savoir-faire.
Conséquence : les recettes baissent au fil des mois. Un seul exemple : le mois dernier, les recettes douanières étaient estimées à 46 milliards CFA ; alors qu’il était attendu 60 milliards CFA. Soit un gap de 14 milliards CFA.
Si rien n’est fait pour inverser cette tendance, les objectifs de recettes risquent d’être compromis. Ils sont estimés, cette année, à plus de 641milliards CFA.

Oumar Babi /Canarddechaine.com

Le Canard Déchaîné

MaliwebMalijetSociété
Si certaines nominations ont été accueillies avec des tonnerres d’applaudissements, d’autres continuent de susciter colère et indignation au sein de l’administration des douanes. A la faveur des nominations, effectuées il y a deux semaines par la direction générale, la colère est montée d’un cran au sein des hauts cadres de...