Elu à la présidence  de la Coalition pour l’Observation Citoyenne des Elections au Mali (COCEM) en janvier  2020, Drissa Traoré, qui avait auparavant  occupé les postes  de chargé  de programme  et de coordination à la Coalition  des  Alternatives  Dettes et Développement (CAD-Mali), au projet  « Agribusiness and  Trade Promotion (ATP-USAID », coordinateur  national du projet conjoint AMDH-FIDH, dévoile, dans  l’entretien qui suit ses priorités  pour  mener à bien sa mission , notamment lors  des élections  législatives de 2020 dont  le premier  tour se déroulera  le 29 mars prochain dans  notre pays.

La COCEM, a rappelé d’entrée Drissa, est une plateforme  de cinq organisations: l’Association Malienne  des Droits  de l’Hommes (AMDH), le Réseau Plaidoyer  et Lobbying (RPL), Association Wildaf Mali, la Jeune Chambre Internationale Mali et   SOS. Ce sont ces quatre plateformes qui ont formé la COCEM en mars 2018. Elu nouveau président  de la COCEM, Drissa Traoré dit  mesurer l’ampleur de la tache  immense  qui l’attend pour relever ou combler  les attentes des Maliens en matière d’observation des élections, notamment les législatives qui s’annoncent.  «Pour moi, c’est  une fierté  en même temps  un honneur  d’être porté  à la tête de la COCEM qui  est  stratégique mais très dynamique et ambitieuse. En ce sens qu’elle essaie  de contribuer tant qu’elle peut au renforcement  de  la démocratie au Mali, à travers la veille citoyenne, et en l’occurrence l’observation non partisane et indépendante  des élections», a déclaré Drissa Traoré.

Pour  relever  les  défis qui attendent la COCEM, Drissa Traoré, s’est fixé des priorités. Comme priorité, dit-il, nous voulons  d’abord, observer  les élections législatives, prévues le 29 mars  et 19 avril  2020. Là, rassure Traoré, nous avons déjà commencé  les  préparatifs, nous avons procédé  à la formation  de nos  démembrements  locaux sur toute l’étendue du territoire nationale  à travers  des coordinations régionales qui sont basées dans les capitales régionales, et les coordinations locales qui sont basées dans chaque cercle du Mali. On a procédé, ajoute le Drissa,  à leur formation  afin de les outiller, de leur permettre  de participer aussi  à la formation des superviseurs qui, à leur tour, vont  former  des observateurs. En termes de préparatif, dit Drissa Traoré, car nous n’attendons pas le jour J, nous observons la phase préélectorale qui est consacrée d’abord  à  l’audit  du fichier électoral, à  la distribution des cartes d’électeurs, ainsi qu’à la campagne électorale. Ceci dit, ajoute Traoré, nous avons déjà analysé  la phase préélectorale, nous  suivons  de  très près l’audit du fichier  électoral qui a été fait par la CENI (Commission Electorale nationale Indépendante), la distribution des cartes d’électeurs commencent demain, et nous avons des observateurs  à long terme dont deux par cercle d’intervention. En  tout, précise le président de la COCEM, nous avons 18 observateurs à long terme qui ont observé  le processus   de  distribution  des cartes d’électeurs. Et quand  la campagne va  s’ouvrir, nous  allons  aussi observer pour voir s’il y  a des manquements, s’il y a  des dysfonctionnements dans  la conduite  de cette campagne ; regarder  la façon dont la campagne sera menée par les candidats, conformément  aux textes  qui régissent  la matière.

En dehors  de l’observation  des élections, pour parvenir  à mener à bien notre mission, indique le président de la COCEM, nous comptons d’abord sur nos forces internes, à savoir, nos démembrements  locaux dans  les régions, dans les cercles. « Nous avons une coordination régionale dans chaque région du Mali, des coordinations locales dans les 49 cercles du Mali, au sein desquelles nous avons  aussi des  superviseurs. Nous  comptons sur  ces forces et  sur l’ouverture  qui nous est donnée par les autorités maliennes avec notre bonne collaboration avec l’administration en charge  des élections, mais aussi au suivi du processus. En ce sens qu’on est en lien étroit avec la DGE, mais aussi la CENI de même que le ministère en charge des questions électorales », a indiqué  Drissa Traoré.

Selon Drissa Traoré, l’objectif à court terme pour la COCEM, est l’observation des élections législatives. A moyen  terme et à long terme,  ajoute-t-il, nous envisageons d’observer une consultation  des élections  à venir, y compris  les  élections présidentielles de 2023  et autres. Au-delà  aussi de ces processus électoraux, dit Drissa Diarra, nous essayons aussi  de mettre dans notre agenda  le suivi des  processus  politiques. Un suivi qui nous permet également de promouvoir  le contrôle citoyen et la veille citoyenne qui sont  aujourd’hui des éléments essentiels dans  le cadre  de l’affirmation, voire le renforcement  de  la démocratie au Mali. « Je souhaite de tous mes voeux à ce que ces élections se déroulement dans  la plus grande transparence, dans l’apaisement et que les résultats issus des urnes soient crédibles, acceptés, afin que nous évitons d’autres  problèmes. Pour ce faire, il convient de corriger les imperfections  des  élections  passées. C’est ce que nous nous essayons  de porter à la connaissance  des autorités que les dysfonctionnements et manquements constatées lors de l’élection présidentielle  de 2018 soit corrigées, afin de permettre aux citoyens de pouvoir voter de façon sereine et tranquille. »

Hadama B. Fofana

Source: Journal le Républicain-Mali