Pour le boycott de la rentrée prochaine annoncé par la Synergie nationale, les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 de l’Académie d’Enseignement de Kati resteront sur le quai. Ils n’envisagent pas de s’embarquer pour la suite de l’aventure.

 

L’Etat a toujours le bon bout. L’espoir de l’application de l’article 39 des enseignants de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 s’amincit comme la peau de chagrin. Et pour cause, la Synergie des syndicats de l’Académie de Kati est dans la dynamique de se retirer de cette aventure qui est en passe de devenir de plus en plus ambiguë.

Dans la lettre circulaire n° oo7/2021 en date du 27 août 2021, sortie de la réunion dans la salle des professeurs du lycée Mamby Sidibé de Kati, les enseignants de Kati font des propositions après évaluation et analyses stratégiques.

En premier lieu, vu l’état désastreux du pays, ils pensent qu’il est préférable d’envisager les primes tout en mettant un moratoire sur l’article 39. Deuxio, ils demandent à la Synergie nationale d’activer l’article 36 de la loi numéro 007 du 16 janvier 2018. Le point 3 des propositions est de créer une indemnité spéciale de la fonction enseignante.

En quatrième lieu, il s’agit de développer les mécanismes pour prendre en compte les doléances des camarades du secteur privé. Et en cinquième et dernier point, la Synergie locale de Kati demande l’organisation d’une marche pacifique nationale sur toute l’étendue du territoire nationale. Le mur de la Synergie connait-il des fissures ? Malgré cela, si la Synergie nationale n’a pas dit son dernier mot, la crise scolaire n’est pas morte.

Bazoumana KANE

Source : L’Alerte

MaliwebEducation
Pour le boycott de la rentrée prochaine annoncé par la Synergie nationale, les syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016 de l’Académie d’Enseignement de Kati resteront sur le quai. Ils n’envisagent pas de s’embarquer pour la suite de l’aventure.   L’Etat a toujours le bon bout. L’espoir de l’application de l’article...