Depuis quelques années, le Syndicat national de l’enseignement supérieur est devenu un obstacle pour le bon déroulement des cours dans les instituts, facultés et grandes écoles des universités du Mali. Le leader de ce Syndicat, Dr Malle, un radicaliste tout fait, qui au lieu d’aider à gérer les problèmes des universités, en crée tous les ans. C’est pourquoi, les cours dans nos universités sont fortement perturbés avec des grèves sauvages. Conséquence : On ne sait plus à quel moment de l’année commence une année universitaire et à quelle période elle finit. Les doléances des radicaux du SNESUP sont souvent des règlements de compte entre enseignants. Sinon comment comprendre que ce Syndicat réclame la tête d’un doyen élu par ses pairs ? Quelle bizarrerie !

abdou malle secretaire general syndicat national enseignement superieur recherche scientifique snesup

La nouvelle trouvaille de ce Syndicat,  qui entrave le bon déroulement des cours, est la cause du expert départ de leur ministre de tutelle, Pr Assétou Founè Samaké  Migan et du doyen de la FSEG. Mon Dieu !  Cette brillante Dame,  dévouée  pour la cause de l’enseignement supérieur a fait tout son possible pour satisfaire à la fois les étudiants et les enseignants. A l’impossible nul n’est tenu. IBK doit donc refuser de recevoir le syndicat en le renvoyant  chez son ministre de tutelle. Après 75 jours de grèves illimitées, la conscience du SNESUP est interpellée.

Emploi et formation professionnelle : Une ligne de crédit pour le financement des projets des jeunes arabophones

Le Conseil national des arabophones du Mali (CNAM) se réjouit de la volonté des plus hautes autorités de rendre l’Institut fonctionnement le plutôt que possible. Il a aussi constaté  avec joie la tenue de la validation des filières de l’Institut.  Avec ces filières, une partie des problèmes d’insertion  socioéconomique des arabophones sera résolue.

Relance économique et développement du Mali : L’OCDE débloque 2120 milliards de F cfa

Dans le cadre d’un voyage officiel du Premier ministre Abdoulaye Idrissa Maïga, effectue le weekend dernier en Europe, il  a été question de la relance du développement économique du Mali.  Ainsi,  la rencontre de Paris sur le thème : «  Bâtir un Mali émergent », des engagements ont été pris par les institutions financières et pays bailleurs pour le Mali.  Il s’agit d’offrir à notre pays un fonds de développement, à hauteur de 2 120 milliards de F cfa (3,2 milliards d’euros) pour la période 2015-2017 dont un montant de 397 milliards de F cfa ( 605 millions d’euros) pour les régions

 Campagne agricole 2017-2018 à l’Office du Niger: De belles perspectives en vue

Le ministre de l’agriculture, Nango Dembélé, accompagné du DG de l’Office du Niger, Mamadou M’Baré Coulibaly, et  d’une forte délégation  a effectué une visite de supervision deux jours (du samedi 16 au dimanche 17 octobre) dans la zone office du Niger. Cette supervision de campagne agricole qui a conduit la délégation ministérielle sur plusieurs champs s’est soldée par un constat de satisfaction. Les travaux ont concerné quatre zones de production dans la région de Ségou notamment, la zone de Ké-Macina, celle Kolongotomo, celle de M’Bewani et de rizi-pisciculture de rotation Gombo/Riz, SRI de production de semences et d’utilisation  de semoir fabriqué par SOCAFON. Selon le ministre Dembélé, le taux d’emblavure et l’aspect physionomique des plants laissent présager une bonne récolte.

Coopération bilatérale : Quatre nouveaux ambassadeurs dans nos murs

Ballet diplomatique à Koulouba le vendredi 6 octobre dernier. Et pour cause, ce sont quatre ambassadeurs qui ont été présenté leurs lettre de créances au Président de la République, Ibrahim Boubacar Keita. Le premier était le diplomate  canadien, qui avait travaillé à Bamako de 2010 à 2013. Il s’agit de LOUIS Verret. Le second est celui d’Autriche. Elle s’appelle, Mme Caroline Gudenus. Elle a été suivie par la suissesse, Dr Marion Weichelt Krupski. La dernière personnalité qui a clôturé les présentations de créance de la journée n’était autre que le Pyongyongais, Ri Chong Gyong de la République populaire démocratique de Corée du Nord.

La Rédaction

22 Septembre

MaliwebEducation
Depuis quelques années, le Syndicat national de l’enseignement supérieur est devenu un obstacle pour le bon déroulement des cours dans les instituts, facultés et grandes écoles des universités du Mali. Le leader de ce Syndicat, Dr Malle, un radicaliste tout fait, qui au lieu d’aider à gérer les problèmes...