Le CEN-Snesup a suspendu son mot d’ordre de grève de 48 heures. Cela fait suite à un accord trouvé avec le gouvernement. Un accord qui aura permis d’éviter un débrayage dans les universités et grandes écoles du Mali. Un ouf de soulagement pour non seulement le gouvernement, mais aussi pour tout le système d’enseignement supérieur.
En effet, les négociations se sont déroulées les 7, 8 et 9 octobre, à partir de 10h 00 mn, dans la salle de réunion du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, à la Cité administrative. Une commission de conciliation a été mise en place par le ministre du Dialogue social, du Travail et de la Fonction publique, suivant arrêté n°2019-3422/MDSTFP-SG du 04 octobre 2019, en application de la loi n°87-47 du 10 août 1987, relative à l’exercice du droit de grève dans les services publics. Cela, pour la gestion du préavis de grève du Syndicat national de l’enseignement supérieur (Snesup), déposé le 12 septembre 2019 pour les 15 et 16 octobre 2019.

À l’issue des travaux, des points ont fait l’objet d’accord entre les deux parties. Il s’agit de:

La matérialisation du test d’intégration de 502 travailleurs contractuels dans la Fonction publique d’Etat, prévu pour le 14 septembre 2019:

A ce niveau, le Snesup a fait le point des contractuels intégrés : ceux relevant du statut général des fonctionnaires, de l’enseignement secondaire et de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Le Snesup a tout de même demandé à la partie gouvernementale de diligenter la signature du communiqué des 60 contractuels relevant de la nouvelle ENA en vue de leur intégration prochaine. Il a, en outre, demandé d’élaborer les projets d’arrêtés d’intégration de ceux qui ont été admis aux tests.

La signature de l’arrêté de hiérarchisation de 34 agents fonctionnaires dans les fonctions d’Attaché de recherche et d’Assistant :

Le Snesup a été informé de la signature de l’Arrêté n°2019-3308/MESRS-SG d’octobre 2019, portant nomination aux fonctions d’Attaché de recherche. Après réception, le Snesup a constaté que des techniciens figurent sur ledit arrêté. Il a été demandé de vérifier leurs diplômes et de les enlever s’ils n’ont pas des profils de technicien. Il a été demandé à la Dgesrs et à la DRH de diligenter l’élaboration de l’arrêté portant nomination de d’Ahmadou Touré, n° Mle 0115.159-M, en qualité d’Assistant, omis lors de la hiérarchisation de 2017.

Le payement des salaires des travailleurs contractuels de l’Institut d’économie rurale (IER) par la subvention de l’Etat :

Une commission de travail est mise en place pour examiner ce point. Elle est composée d’El Hadj Seydou Patrice Dembélé, Conciliateur ; de Mme Sylla Fanta N’diaye, Mesrs, de M. Mama Danioko, MA/IER, M. Cheick Abdoul Kader Bouaré, Snesup.

La réintégration immédiate de 10 agents du Crra de Sotuba licenciés pour fait de grève :

Ce point sera versé aux travaux de la commission créée au point 4.

La construction d’une cité des enseignants au pôle universitaire de Kabala

La partie gouvernementale a informé qu’un projet existe déjà au département de tutelle. La partie syndicale a demandé que la mise en œuvre de ce projet soit accélérée.

L’acquisition de navettes au profit des travailleurs du pôle universitaire de Kabala :

Le département a précisé qu’il va saisir les structures qui sont à Kabala pour contribuer à l’acquisition de navettes. Le Snesup a proposé 02 cars de 50 places et un minibus. Il a demandé que le processus d’acquisition soit accéléré.

L’effectivité du fonds « Etudes et Recherche » pour les institutions d’enseignement supérieur et de recherche :

La commission a été informée de la dotation de certaines facultés pour le 2° semestre 2019. Le Snesup fournira la situation des instituts de recherche et des grandes écoles.

En suite, ces doléances ont fait l’objet d’accord partiel. Il s’agit de l’opérationnalisation du plan de sécurisation de l’espace universitaire :

Le Snesup, compte tenu de la gravité de l’insécurité dans l’espace universitaire, a demandé que la commission de conciliation rencontre le président de la République. L’attribution de passeports de service aux enseignants-chercheurs :

Le Mesrs fera un plaidoyer auprès du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération internationale pour l’attribution de passeports de service au profit des professeurs de rang A et des chercheurs seniors et des passeports diplomatiques pour les Recteurs.

Le Snesup est d’accord que le plaidoyer soit fait en faveur des Professeurs de rang A, mais souhaiterait que la mesure soit élargie à tous les enseignants- chercheurs dans l’avenir. Aussi, la construction et l’équipement de la Bibliothèque universitaire centrale (BUC).  La commission de conciliation rencontrera le président de la République à cet effet. Et la régularisation de la situation administrative et financière des agents de Pier et du Cnts:

Ce point sera versé aux travaux de la commission chargée de traiter les points concernant l’IER.

Enfin, il y a eu des points de désaccord. Il s’agit de l’application immédiate de l’augmentation de 20% de la grille indiciaire et de 03 ans de l’âge de départ à la retraite aux enseignants-chercheurs :

Concernant l’augmentation de 20% de la grille indiciaire, la partie gouvernementale a rappelé les efforts consentis pour l’amélioration de la grille des enseignants-chercheurs et d’autres statuts autonomes. Elle a précisé que cette incidence n’est pas soutenable présentement à cause de la situation sécuritaire et financière du pays. Le Snesup a évoqué la passerelle qui existe entre le statut général des fonctionnaires et celui des enseignants-chercheurs en termes de rémunération. Il a demandé le paiement immédiat de ladite augmentation. S’agissant de l’augmentation de l’âge de la retraite de 03 ans, la partie gouvernementale a proposé de ramener à 65 ans pour ceux qui sont à 63 ans et de garder le statuquo pour le reste. Le Snesup a déploré le fait que tous les grades de l’enseignement supérieur et de la recherche soient du même âge de départ à la retraite. Et le payement immédiat des heures supplémentaires et des frais des tâches liées aux examens : Le Snesup a proposé le paiement de 75% en 2019 et 25% en 2020 des dépassements d’heures supplémentaires. La partie gouvernementale a proposé des travaux à l’interne avec le Snesup après réception de la situation des dépassements.

Au regard de ces avancées, le Snesup a décidé de suspendre son mot d’ordre de grève de 48 heures, allant du mardi 15 au mercredi 16 octobre 2019.

André Traoré

Source soleil hedo 

MaliwebEducation
 Le CEN-Snesup a suspendu son mot d’ordre de grève de 48 heures. Cela fait suite à un accord trouvé avec le gouvernement. Un accord qui aura permis d’éviter un débrayage dans les universités et grandes écoles du Mali. Un ouf de soulagement pour non seulement le gouvernement, mais aussi...