Après la rétention des notes, le boycott des examens de fin d’année, les syndicats de l’Éducation, signataires du protocole d’accord du 15 octobre 2016, ont déposé un préavis de grève, hier lundi, sur la table du ministre du Travail, de la Fonction Publique et du Dialogue Social.

 

Depuis la signature de l’Ordonnance fixant la grille indiciaire unifiée des personnels relevant des statuts des fonctionnaires de l’État, des Collectivités territoriales, des statuts autonomes et des militaires, les syndicats de l’Éducation signataires du 15 octobre 2016 ont ordonné à leurs militants de retenir  les notes des évaluations, de boycotter les épreuves anticipées et les examens de fin d’année.

Selon les syndicalistes, cette décision d’uniformiser les grilles est une atteinte à l’article 39 de leur statut. Lequel stipule que  » toute majoration des rémunérations des fonctionnaires relevant du statut général s’applique de plein droit au personnel de l’Enseignement secondaire, de l’Enseignement fondamental et de l’Education préscolaire et spéciale« .

Ainsi, pour exiger du gouvernement de la Transition l’application de cet article, les syndicalistes ont déposé, hier lundi, sur la table du ministre du Travail, de la Fonction Publique et du Dialogue Social, un préavis de grève de 12 jours, soit 288 heures, allant du lundi 9 au jeudi 12 août, puis du lundi 16 au mercredi 18 août et du lundi 23 au vendredi 27 août 2021 inclus.

Rappelons que l’Ecole malienne est plongée dans une vraie tourmente, car au moment où nous mettions sous presse, le Syndicat National de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (SNESUP) et le gouvernement étaient en négociation. En effet, depuis le 13 juillet dernier, ce syndicat avait déposé un préavis de grève, allant du mardi 27 au mercredi 28 juillet 2021 puis de 72 heures, allant du mardi 3 au jeudi 5 août 2021.

Il réclame la signature immédiate de l’ordonnance sur les nouvelles grilles indiciaires planchers 755 et 850 et plafonds 1555 et 1650 et sur l’augmentation de deux ans de l’âge de départ à la retraite pour les Enseignants-Chercheurs, l’application immédiate de la Prime de recherche sur les salaires des Enseignants-Chercheurs, le payement immédiat et intégral des arriérés d’heures supplémentaires et des frais des tâches liées aux examens, l’intégration immédiate dans la Fonction Publique des 59 travailleurs contractuels.

Abdoul DEMBELE

Source: l’Indépendant

MaliwebEducation
Après la rétention des notes, le boycott des examens de fin d’année, les syndicats de l’Éducation, signataires du protocole d’accord du 15 octobre 2016, ont déposé un préavis de grève, hier lundi, sur la table du ministre du Travail, de la Fonction Publique et du Dialogue Social.   Depuis la signature...