Le comité de pilotage du Fonds compétitif pour la recherche et l’innovation technologique (FCRIT) a tenu sa première session ordinaire pour adopter une stratégie nationale de la science et de l’innovation technologique. La rencontre s’est déroulée hier au ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, sous la présidence du chef du département. Messa Ould Mohamed Lahbib était assisté du secrétaire technique du comité de pilotage du FCRIT, le professeur Moussa Kanté. Au cours de la session, le comité adoptera le programme d’activités 2013-1014 du FCRIT et le projet d’arrêté relatif au détail des modalité de gestion du fonds.Professeur Messaoud Ould MOHAMED LAHBIB

Le FCRIT est l’un des instruments de mise en œuvre de la politique nationale d’enseignement supérieur et de la recherche scientifique adoptée par notre pays en 2009 à la suite du Forum national sur l’éducation. Il vise au renforcement de la recherche scientifique nationale en la rendant plus compétitive et en améliorant sa contribution au développement socio-économique du pays. Le fonds va financer les projets de recherche, de vulgarisation et de valorisation des résultats et l’innovation technologique.

Sa mise en place est « la concrétisation d’une vision des autorités maliennes, traduisant par la même occasion une ferme volonté de création de  conditions favorables pour dynamiser la recherche et l’innovation, ramener son niveau au standards internationaux et, surtout, lui permettre de soutenir l’ambition légitime de développement », a souligné le secrétaire technique du comité de pilotage. Un diagnostic de la recherche révèle deux problèmes majeurs : l’absence d’un plan stratégique au niveau national et l’insuffisance et la faible valorisation des résultats de la recherche, a noté Moussa Kanté. « Il apparaît impératif d’adopter une stratégie nationale de la science et de l’innovation technologique », a-t-il souligné. Celle-ci est un outil indispensable exprimant une vision partagée et définissant des axes prioritaires dont la pertinence est reconnue pour répondre aux objectifs de développement du pays. Ainsi les différents plans stratégiques quinquennaux qui en découleront permettront de préciser les ressources humaines, matérielles informationnelles et financières qui devront être mobilisées, a développé le professeur Kanté.

L’un des avantages du mécanisme compétitif pour la recherche et l’innovation technologique sera la prise en compte des talents existants aussi bien dans le secteur public que privé. Le mécanisme permettra aussi de s’assurer qu’ils sont soutenus et qu’ils orientent une part importante de leurs activités vers des objectifs essentiels et pertinent du développement. Moussa Kanté a préconisé des solutions pertinents et préalables pour le démarrage effectif du FCRIT.

Messa Ould Mohamed Lahbib a recommandé au comité une analyse en profondeur des documents débouchant sur des résolutions pertinentes pour la réussite et la pérennisation du FCRIT.

Fatoumata NAFO

Source: L’Essor