Après le dépôt du préavis de 408 heures des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016, le tout nouveau ministre de l’Éducation nationale, Housseïni Amion Guindo a convoqué une réunion d’urgence avec les représentants des six syndicats du collectif. Ladite réunion s’est tenue le samedi 6 janvier, dans la salle de conférence de son département.

De sources proches des syndicats, initialement prévus pour être une réunion de prise de contact, les échanges ont pris rapidement l’allure d’une véritable commission de conciliation. En effet, le ministre fraichement nommé voulait passer à la vitesse supérieure. Car, après les salutations d’usages, le ministre Poulo a immédiatement engagé des discussions autour de préavis de grèves de 408 heures soit 17 jours couplé d’une rétention de notes des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016. Il convient de rappeler que ce mouvement de grève couvre le reste des jours ouvrables du mois de janvier 2018.

À les croire, voulant imprimer certainement son emprunte particulière dans la résolution de la crise qui secoue l’école malienne depuis 2016 et désamorcer ainsi ce mouvement de grève qui se pointe à l’horizon qui entraverait sérieusement l’année scolaire 2017-2018, le désormais chef du département de l’Éducation nationale a joué la carte des propositions.

En effet, il a pris entre autres engagements : l’adoption du projet de loi par l’Assemblée nationale au plus tard le dimanche 14 janvier 2018, la promulgation de ladite loi par le président de la République au plus tard le 19 janvier 2018, la convocation de la commission tripartite pour l’élaboration du projet de décret d’application dès le lundi 8 janvier 2018 ainsi que l’application de la grille annexée se fera sentir sur les salaires au plus tard à la fin du mois de février 2018 avec effet rétroactif (janvier 2017).

Selon les indiscrétions, le ministre a aussi rassuré les syndicalistes que les dispositions seront prises pour raccourcir la procédure administrative que doit suivre un projet de décret qui, selon le ministre Poulo, ira directement en conseil de cabinet puis en conseil de ministre.

Et de poursuivre que les représentants des syndicats ont apprécié l’engagement du ministre. Toutefois en raison des engagements non tenus par le précédent gouvernement, les syndicats ont pris acte des propositions faites et ont jugé de la nécessité de partager celles-ci avec leurs militants. Ainsi, au cours d’une réunion du directoire élargie aux bureaux nationaux des organisations membres du  collectif, les syndicalistes ont décidé à l’unanimité le maintien du mot d’ordre jusqu’à la satisfaction totale des doléances.

Mama PAGA

Le Pays

MaliwebEducation
Après le dépôt du préavis de 408 heures des syndicats de l’éducation signataires du 15 octobre 2016, le tout nouveau ministre de l’Éducation nationale, Housseïni Amion Guindo a convoqué une réunion d’urgence avec les représentants des six syndicats du collectif. Ladite réunion s’est tenue le samedi 6 janvier, dans...