Le président du Mali et plusieurs de ses hôtes africains sont des septuagénaires. Ils n’ont plus rien à perdre qu’à emboiter le pas aux pères des indépendances, se donner la main pour une Afrique unie et libre. L’occasion leur est grandement offerte au bord du fleuve Djoliba pour asséner toutes leurs vérités à travers ce sommet comme fut créé le RDA (Rassemblement Démocratique Africain) au même bord du Djoliba du 18 au 21 Octobre 1946.

festival-culturel-foire-exposition-sommet-france-afrique

De la France -Afrique à l’Afrique-France, il semble qu’il n’y a aucun changement, l’Afrique en pâtit toujours. Elle reste à la solde de son ex colonisateur.

Se relevant d’une situation chaotique suite à de nombreux événements douloureux, le Mali est aujourd’hui un lion blessé et à sa tête un homme qui se fait respecter. Croyant à ce grand peuple de vaillants, le Malien de l’Elysée n’a pas hésité à confier l’organisation de ce sommet au Mali. Le sommet de la dernière chance pour l’Afrique de sortir de l’étau occidental, après que nombreux de ses fils valeureux aient été trahis, trimballés et tués pour la cause du continent.

Alors, ce sommet, le dernier de l’africain, du malien Hollande doit permettre à nos chefs d’Etat d’asséner certaines vérités au reste du monde. Pour notamment, se défaire de la domination économique ; instituer de nouvelles structures de circuits commerciaux fondées sur les réalités africaines ; indiquer à la France et au reste du monde que le partenariat doit être gagnant-gagnant ; asséner à la France et au reste du monde que nos immigrés méritent respect et considération, leur retour doit être conditionné ; affirmer l’unité de l’Afrique face au reste du monde.

En effet, ce 27ème sommet doit être celui du dialogue franc et constructif pour toutes les parties prenantes. Du moment qu’ils seront une trentaine de Chefs d’état, il est opportun qu’ils parviennent à s’exprimer sans murmure ni hésitation les uns vis-à-vis des autres pour le salut de l’amitié, d’un partenariat conséquent. Le monde est interplanétaire, rien ne doit plus être tabou.

En tout cas, nos vieux lions ont cette grande occasion, cette opportunité à pouvoir sortir par la grande porte vis-à-vis de leurs peuples respectifs. Il ne servira à rien qu’ils viennent perturber même notre quiétude et qu’au sortir du sommet, que n’existent que des paperasses ou recommandations qui ne seront jamais exécutées. Alors, en toute vérité, IBK et ses collègues africains doivent pouvoir relever le défi. Il s’agit de leur dernier baroud d’honneur pour des retraites méritées et des fins de mandat paisibles.

Boubacar DABO

MaliwebSociété
Le président du Mali et plusieurs de ses hôtes africains sont des septuagénaires. Ils n'ont plus rien à perdre qu'à emboiter le pas aux pères des indépendances, se donner la main pour une Afrique unie et libre. L'occasion leur est grandement offerte au bord du fleuve Djoliba pour asséner...