La ville de Bamako va bénéficier un financement du Fonds mondial pour environnement de plusieurs milliards de francs CFA pour son assainissement. Le projet a été présenté le samedi 6 octobre 2018 aux acteurs du secteur dans la salle de réunion de la mairie du District.

La capitale malienne est l’une des villes les plus sales au monde. Elle vient de bénéficier d’un financement du Fonds mondial pour environnement, à travers la Banque Ouest africaine de développement (BOAD), pour la gestion intégrée des déchets.
En plus de Bamako, le projet concerne également Lomé, Niamey, Ouagadougou, Thiès et une ville de Bénin pour des dizaines de milliards de Francs CFA.
En prélude au démarrage de cette initiative, en début de l’année prochaine, la consultante de la BOAD, OUANE Fatoumata KEITA, et le maire du District de Bamako, Adama SANGARE, ont tenu, samedi dernier, une réunion élargie à l’ensemble des acteurs de l’assainissement de la ville de Bamako.
Le but de la rencontre visait notamment d’échanger sur la faisabilité du projet, de retirer les leçons des expériences antérieures échouées, d’orienter si besoin l’initiative afin d’atteindre les objectifs.
Le projet proprement dit concerne la collecte des déchets et leur transformation.
Le maire Adama SANGARE s’est réjoui du choix de la ville de Bamako, confrontée à de sérieux problèmes d’assainissement par manque de financement adéquat, d’incivisme, d’approches, entre autres.
«Il n’y a pas que ça, puisque la forte croissance démographie a de grave conséquences sur la production des ordures », a fait savoir le maire.
Selon l’élu communal, Bamako produit plus de 1 500 tonnes de déchets par jour. Et 30% de ces ordures seulement sont évacuées vers un dépôt et les 70% restants sont soit dans les caniveaux, sur les trottoirs, dans les rues, a affirmé M. Sangaré.
« L’environnement est une plaie à laquelle nous n’avons pas encore trouvé de solution. Le Fonds mondial pour environnement, à travers la BOAD, vient de nous tendre une perche. Il faut que nous la tenons pour résoudre ce problème», a noté le maire du District de Bamako. Contrairement à d’autres initiatives, a relevé M SANGARE, le financement de ce projet est déjà disponible. Sa mise en œuvre débutera en début de l’année prochaine, a-t-il précisé. Quant à la consultante de la BOAD, elle a fait savoir que l’initiative prévoit 54 milliards FCFA à repartir entre les six villes.
«C’est un projet pilote qui est appelé à s’élargir à d’autres villes confrontées aussi à des difficultés d’assainissement. A condition que les 1ers bénéficiaires du financement prouvent leur engagement de lutter contre l’insalubrité», a indiqué Mme OUANE. Avant d’expliquer que la ville de Bamako a été choisie parmi autant de localités grâce à l’engagement du maire Adama SANGARE à rendre sa capitale propre.
L’objectif du projet est de poursuivre cette dynamique en améliorant ce qui n’arrive à fonctionner correctement.
«Ce projet est à vous. Il faut l’approprier sinon il ne servira à rien de le financer. Car beaucoup de choses ont été déjà faites. Mais le problème persiste. Vous devez nous dire pourquoi jusque-là, ça n’a pas marché afin que nous envisageons de solution durable.», a déclaré Mme OUANE Fatoumata KEITA.
Par ailleurs, à côté de la collette et de la pré-collette des ordures jusqu’à la décharge finale, le projet envisage également de transformer les déchets notamment en gaz, et en composte.

Par Sikou BAH

Info-matin

MaliwebEnvironnement
La ville de Bamako va bénéficier un financement du Fonds mondial pour environnement de plusieurs milliards de francs CFA pour son assainissement. Le projet a été présenté le samedi 6 octobre 2018 aux acteurs du secteur dans la salle de réunion de la mairie du District. La capitale malienne est...