L’hivernage, au Mali, est une période particulièrement propice à la production agricole, mais constitue également un moment de danger permanent du fait des inondations consécutives à une pluviométrie parfois abondante. Et bon nombre de localités à travers le pays n’échappent pas à ces catastrophes saisonnières !

Nous avons, à ce propos, rencontré le commandant Abdramane Bagayogo, chef de la division des opérations de secours et d’assistance à la protection civile et non moins chef de la cellule de veille inondation du ministère de la Sécurité intérieure et de la protection civile, pour savoir si la protection civile a des informations par rapport aux inondations et aux catastrophes du genre en cette saison des pluies à travers le pays.
Dans ses explications, le Commandant Bakayoko rassure que la protection civile est en contact permanent avec ses différents démembrements dans les régions, pour récolter des informations relatives aux impacts de la saison des pluies.
Pour le chef de la division des opérations de secours et d’assistance, c’est un travail collectif entre la protection civile, les services techniques et leurs partenaires (ONG ; UNICEF…) qui se trouvent à l’intérieur du pays. Car, selon le Commandant Bagayogo, ces partenaires se retrouvent souvent dans des zones du pays où la protection civile n’est pas toujours représentée.
Le chef de la cellule de veille inondation du département de la sécurité précise qu’à la protection civile, les sapeurs pompiers travaillent en synergie d’action avec les partenaires pour gérer les cas d’inondation et les catastrophes liées à ces inondations en cette période pluvieuse au Mali.
Evoquant les cas d’inondations survenues cette année, le Commandant Bakayoko estime prématuré pour l’heure de procéder à des évaluations complètes et précises. Celles-ci se poursuivent jusqu’à la fin de la saison des pluies.
Tout de même, d’une manière générale, le chef de la division des opérations de secours et d’assistance indique que, relativement aux estimations sur les données du début de la saison hivernale jusqu’à la date du 03 septembre 2018, la protection civile a enregistré environ soixante (60) cas d’inondations, dans lesquelles envieront 3 105 ménages touchés et qui ont fait environ 21 902 sinistrés parmi la population. Les zones concernées sont localisées dans toutes les différentes régions du pays, notamment Kayes, Koulikoro, Sikasso, Ségou, Mopti, Tombouctou, Gao, Kidal bien sûr le district de Bamako.
Le commandant Bagayogo ajoute que la protection civile n’a pas achevé de quantifier les dégâts matériels. S’agissant du dégât humain, le chef de la cellule de veille d’inondation a fait savoir qu’il y a eu 14 blessés et 13 cas de décès.
Ainsi, pour les cas et les catastrophes liés à l’inondation, la protection civile a enregistré, dans la région de Kayes, environ 10 cas d’inondation qui ont touché 709 ménages faisant environ 4 963 sinistrés recensés. La région de Koulikoro prend la tête avec ses 2825 sinistrés environ recensés dans 186 ménages que la protection civile a enregistrés dans une dizaine de localités touchées. Quant à la région de Ségou, c’est la palme des catastrophes avec ses 14 cas d’inondation qui ont été pour le moment enregistrés, pour 250 ménages touchés avec 2106 sinistrés au sein de la population.
Et si la région de Sikasso suit, avec 9 cas d’inondations enregistrés touchant 159 ménages et faisant 1074 sinistrés, la région centre de Mopti surpasse le Kénédougou, avec 206 ménages touchés pour 1590 sinistrés dans les 6 cas d’inondation recensés.
Au nord et à l’est du pays, la région de Tombouctou vient en tête avec 4 cas d’inondation qui ont touché 1509 ménages faisant environ 9043 sinistrés. Pour Gao, en dépit des 3 cas d’inondations relevés, les catastrophes et les sinistrés n’ont pas pu être évalués faute d’accessibilité des agents de la protection civile. Pour la région de Kidal, seulement un cas d’inondation a été signalé dans le cercle de Tessalit qui a touché 84 ménages, pour 287 sinistrés enregistrés et 215 animaux tués. Enfin, dans le district de Bamako, la protection civile enregistre 4 cas d’inondation qui ont touché 2 ménages faisant 14 sinistrés enregistrés.
Le Commandant Abdramane Bagayogo assure que les éléments de la protection civile sont constamment investis pour sauver la vie des citoyens, même si des efforts restent à faire pour assurer une couverture totale et complète du pays. De toute façon, partout où la protection civile se trouve quand il a inondation ou catastrophe, elle interviendra aussitôt ; que cela soit pour le sauvetage et les aides urgences (les kits), la protection civile reste constamment auprès des personnes touchées par les inondations et les catastrophes consécutives.

SABA BALLO

Info-matin

MaliwebEnvironnementKAYES
L’hivernage, au Mali, est une période particulièrement propice à la production agricole, mais constitue également un moment de danger permanent du fait des inondations consécutives à une pluviométrie parfois abondante. Et bon nombre de localités à travers le pays n’échappent pas à ces catastrophes saisonnières ! Nous avons, à ce propos,...