Sous les prétextes fallacieux, la société dénommée SOMAGEFORT tente de lutter contre les feux de brousse. Un acte qui contraste avec la coupe abusive des bois dans laquelle la société semble se spécialiser. 

 

Crée sur les cendres de la société de gestion forestière Halidou Cissé, SOMAGEFORT verse aujourd’hui dans une campagne trompeuse de lutte contre le feu de brousse. Son domaine d’intervention, pourtant les forêts classées, la faune avec à la clé les coupes abusives des espèces protégées.

Question, entre le feu de brousse que la société tente de faire croire qu’elle est contre et la coupe abusive des arbres, les populations commencent à se poser des questions. Aujourd’hui, il est difficile d’estimer le nombre de pied d’arbre que la société abat au quotidien. Autres questions, une confusion est faite autour de l’exportation du bois notamment bois d’ébène tant prisé sur le marché international et rare. Le grand paradoxe est que le service des eaux et forêts censés mettre de l’ordre est devenu par la force des choses sa complice. Une évidence, dans les zones d’intervention de la société, les acteurs du secteur de bois n’arrivent pas à comprendre la flexibilité par laquelle SOMAFEFORT est en train d’évoluer sans aucune crainte. Que dit réellement la règlementation en vigueur dans ce domaine, qui protège Somagefort, voilà entre énigmes que nous tenterons de cerner dans nos prochaines parutions.

Source : La Sirène

MaliwebEnvironnement
Sous les prétextes fallacieux, la société dénommée SOMAGEFORT tente de lutter contre les feux de brousse. Un acte qui contraste avec la coupe abusive des bois dans laquelle la société semble se spécialiser.    Crée sur les cendres de la société de gestion forestière Halidou Cissé, SOMAGEFORT verse aujourd’hui dans une campagne trompeuse...