Entre colère et indignation des facebookeurs, on chercherait vainement comme dans une boite de foin des sympathies envers les magistrats grévistes. Après l’incapacité de leur représentant sur le plateau de notre confrère de Klédu à convaincre sur la véracité des 3,5 milliards se serait évaporés des caisses de l’Etat, le tapis rouge à la récupération qu’il ont imprudemment déballé devant la chef de fil de l’Opposition et le énième communique rendu public le 5 octobre où les grévistes crient au complot, les contradictions ne manquement pas. Mais aussi les réactions. C’est le sujet du «Facebookan » de ce lundi 8 octobre 2018.

Marko Sissoko : «le bon Dieu ne dort pas »
La section administrative de la cour suprême compétente rend un avis que le gouvernement essaie de cacher parce que cet lui est défavorable. Ensuite il va demander l’avis du président de la même cour qui est d’ailleurs incompétent en la matière et le gouvernement veut utiliser cet avis contre les magistrats.
Comme le bon Dieu ne dort pas, l’avis venant de la section administrative, qui déclare légale la grève des magistrats, a fait fuite.

Ibrahim Ib Ouattara : «recrutement très rapide des jeunes juristes »
Moi je crois que l’occasion est tout donnée à mon jeune frère de mettre en place une association pour le recrutement très rapide des jeunes juristes.

Vane Traore : «Organisons-nous pour exiger la fin de ces grèves incessantes »
Mali : Quand les grèves des Docteurs, magistrats et enseignants… déstabilisent notre pays.
Cette fois-ci, je n’accuse pas le Président de la République, mais j’accuse la population qui assiste nonchalamment à cette dure épreuve.
Dans un pays comme le nôtre , je ne peux pas comprendre qu’on puisse laisser nos travailleurs aller en grève illimitée sans réagir en conséquence .
Un pays qui est à terre depuis des années ne mérite plus que ses citoyens subissent d’une telle précarité.
A mon avis la population malienne est en complicité avec le gouvernement .
Comment peut-on comprendre qu’une population qui paye ses impôts et taxes, qui élit le chef de l’État, les députés et les maires, puisse croiser les bras et regarder le pays plongé dans le Chaos.
Aujourd’hui, nous sommes devenus une population démagogue, laxiste et insouciante.
Au lieu de sortir chaque jours après les élections présidentielles pour manifester dans les rues qu’on est victorieux ou qu’on est pas d’accord ( les clans de la majorité et l’opposition ) voilà un combat légitime qui nous attends et il nous faut une solution idoine pour résoudre ces problèmes qui sont en train de mettre en péril le bien être des Maliens.
Je propose entre autres :
– Organisons-nous pour parler du même langage en disant partout où les Maliens résident qu’on ne veut plus de grèves illimitées au Mali, qu’on veut une administration forte, la prise en compte des doléances en des grévistes.
– Organisons-nous pour faire des sit-in et des manifestations pacifiques partout où les Maliens vivent .
– Organisons-nous pour exiger la fin de ces grèves incessantes.
«Quant on veut,on peut «.
Ensemble mettons le Mali au devant pour relever le défi.
Qu’Allah bénisse le Mali.
Van Traoré Le Futur Maire de la Commune 5 du District de Bamako.

Moussa Djombana : «le dialogue républicain est une arme sûre »
BRAS DE FER MAGISTRATS-GOUVERNEMENT: MON POINT DE VUE.
Tout d’abord, je ne souhaitais pas parler de ce sujet délicat de façon publique.
Sans prétention aucune, je dirais que je connais un peu ce dossier dans la mesure où j’ai eu la chance de bénéficier de comptes rendus des discussions au plus haut sommet.
Et cela ne date pas d’aujourd’hui.
L’actuel Premier Ministre n’était pas Premier ministre, l’actuel ministre de la justice n’était pas ministre de la justice.
C’est vous dire que je suis au fait de ce dossier depuis longtemps et au plus haut sommet.
Ceci dit, je demande au gouvernement de s’inscrire dans une logique d’apaisement de la situation, d’adopter une posture beaucoup plus conciliante et trouver rapidement un terrain d’entente avec les magistrats grévistes au nom de l’intérêt supérieur de la nation.
Je demande au président de la République de s’impliquer personnellement dans ce dossier qui revêt un caractère urgent.
Je conseille fortement au gouvernement de traduire au plus vite dans les faits tous les engagements pris vis-à-vis du corps des magistrats et de rétablir le dialogue et la confiance entre les deux parties.
Au magistrats, je demande de mettre un peu d’eau dans leurs vins, de privilégier le dialogue pour aboutir à une solution satisfaisante à la situation.
Le dialogue républicain doit être la potion magique utilisée par tous, pour régler pacifiquement et intelligemment les différents problèmes de la république.
La balle se trouve dans les deux camps mais encore plus dans celui du gouvernement.
Attention à la tentation de succomber aux solutions plus dramatiques que le mal lui-même.
Seul le dialogue républicain est une arme sûre pour régler les problèmes de la république.
Moussa Djombana.

Oumar Ouattara : «il vous suffit de dire le droit »
Si cette grève inédite des magistrats peut permettre une vraie prise de conscience au sein de cette corporation alors rien ne serait perdu. Mes compatriotes magistrats la sortie de vos deux syndicats par rapport aux 3,5 milliards a été globalement mal apprécié par les maliens qui y ont vu un chantage.
Mes compatriotes magistrats vous demandez la protection et environ 2 milliards. Vous pouvez avoir plus que cela. C’est vous et vous seuls qui avez les clefs pour faire de ce pays un havre de paix. C’est vous et vous en premiers qui pouvez mettre ce pays sur le chemin du développement et croyez moi, vous gagnerez plus que 2 milliards.
Pour atteindre ces deux résultats, il vous suffit de dire le droit en tout lieu et en toute circonstance. Vous ferez ainsi du Mali un pays de droit où les ressources seront mieux gérées, où les investisseurs se bousculeront à la porte.
Oui ,cela est possible chers compatriotes magistrats, faites en sorte de rentrer dans l’histoire.
Wa Salam

Kibili Demba Dembele : « les magistrats viennent de prouver qu’ils ne sont pas crédibles »
NOUS SOMMES DANS QUEL PAYS ?
Quand les magistrats menacent d’enfermer des ministres ou cadres pour fait de détournement si jamais leurs doléances ne sont pas acceptés. Ce qui veut dire aussi si leurs doléances sont acceptés, ils vont continuer à fermer les yeux sur les magouilles. Quelle complicité ! Quelle trahison. Quelle professionnalisme de la corruption !
Nous les pauvres allons prier que malheur s’abatte sur vous. Je trouve scandaleux ce communiqué conjoint du syndicat autonome de la magistrature. Cela veut simplement dire qu’ils font une application sélective et surtout discriminatoire de la loi. Ils sont au courant de ces détournements mais ils n’ont rien fait pour que les coupables répondent de leurs actes jusque là. Il aurait fallu que cette grève ait lieu pour qu’ils dévoilent cela.
Certes la grève est un droit pour tout travailleur mais avec ce communiqué, les magistrats viennent de prouver qu’ils ne sont pas crédibles et ne l’ont jamais été. Nous demandons au gouvernement de couper sans délais leur salaire.
NB: le certificat de Nationalité ne doit plus être obligatoire. Si oui, ils peuvent continuer leur grève de honte.
Bref, j’en suis indigné.
Ci-dessous leur communiqué de honte.

Kibili Demba DEMBELE

info-matin

MaliwebSociété
Entre colère et indignation des facebookeurs, on chercherait vainement comme dans une boite de foin des sympathies envers les magistrats grévistes. Après l’incapacité de leur représentant sur le plateau de notre confrère de Klédu à convaincre sur la véracité des 3,5 milliards se serait évaporés des caisses de l’Etat,...