Samedi 30 décembre 2017, alors qu’une cérémonie de mariage battait son plein devant l’esplanade de l’église de Barapireli, des groupes armés se sont invités à la danse provoquant une frayeur sans précédent dans le village.

 

photo d’illustration

Il était 00 heure.  Une foule en liesse dansait au son rythmé des tambours et autres percussions pour célébrer unévénement digne des grands jours. Elle était loin d’imaginer que des voisins hostiles aux fêtes de ce genre étaient là, juste à coté.  Soudain, des tirs nourris retentissent. Mariés et invités ne cherchent plus rien à comprendre. Chacun se sauve sans demander ses restes. L’épouse certainement plus athlétique que son homme disparait dans le noir alors que le nouveau marié avait trouvé refuge sous des fagots de bois derrières les cases. Dans les buissons, musiciens et danseurs se fondent et se confondent dans une épaisse poussière qui enveloppait le village.

Effrayés par les cris déchirant la nuit, les djihadistes ont dû eux même détaler. Au petit matin, les femmes revinrent ramasser les chaussures et morceaux de vêtements en lambeau. Au moment où nous mettons sous presse, personne n’a encore les nouvelle deux mariés. Heureusement il n’y a eu aucune perte en vies humaines. Les assaillants tels  un lion semblaient marquer leur territoire.

Amadingué Sagara

SOLONI

MaliwebFaits divers
Samedi 30 décembre 2017, alors qu’une cérémonie de mariage battait son plein devant l’esplanade de l’église de Barapireli, des groupes armés se sont invités à la danse provoquant une frayeur sans précédent dans le village.   photo d'illustration Il était 00 heure.  Une foule en liesse dansait au son rythmé des tambours...