Issa Tangara était un électricien de bâtiments né à Bamako le 11 décembre 1992. Il était célibataire sans enfant et domicilié à Daoudabougou (Bamako). Ce dernier était poursuivi pour l’homicide volontaire de son « ami de grin ». Ces présents faits relatent le cas de meurtre commis sur la personne de Moussa Sidibé, ami de grin du nommé Issa Tangara.

 

En effet, Issa Tangara et Moussa Sidibé étaient tous membres d’un groupe d’amis qui s’attroupaient fréquemment devant la famille d’un certain Oumar Konaté sise à Daoudabougou pour ensemble prendre du thé. Un dimanche, courant 2016, et comme d’habitude, Issa Tangara arrivait au « grin » aux environs de midi sur sa moto. Il s’était fait une habitude de toucher chaque fois le jeune Moussa avec le pneu d’avant de son engin. Quand ce dernier protestait, il refaisait la même chose. Comportement que Moussa n’a pu finalement supporter. C’est ainsi que le 11 décembre, Moussa s’est levé de sa chaise contre le jeune Issa, déclenchant ainsi une querelle entre les deux.

Présents sur le lieu, les autres membres ont vite séparé les deux. En dépit de cette intervention des autres, les deux s’injuriaient jusqu’à ce qu’ils se sont tenus debout à nouveau pour se friter. C’est au cours de cette dernière dispute que Issa a reçu de Moussa un coup au niveau de son arcade sourcilière qui a du coup été ouverte. Mécontent de cette blessure, Issa s’est alors rendu nuitamment à la famille de Moussa Sidibé pour un règlement de compte. Ce faisant, il interpellait d’abord Moussa à propos de ce qui s’est passé entre eux au grin avant de le poignarder à coups successifs de couteau dans le ventre et de prendre la fuite après.

Étant sous le choc, nous stipule l’arrêt de renvoi, Moussa poursuivait le jeune Issa Tangara jusqu’au sein d’une famille voisine où il a rendu son âme suite à ses blessures. Informés, les parents du défunt Moussa ont vite alerté le commissariat du 4e arrondissement à travers l’enquête préliminaire duquel Issa Tangara  a reconnu les faits qui lui étaient reprochés, mais déclarait pour sa défense tant devant le magistrat instructeur qu’au cours de cette enquête: « Ce même jour, aux environs de 19h, j’ai rencontré Moussa à quelques mètres de la devanture de leur domicile, je lui ai interpellé au sujet de ce qui s’est passé entre nous dans l’après- midi. Pendant cet échange, Moussa a fait sortir un couteau, je lui ai retiré ledit couteau avant de le poignarder au ventre. Le couteau est resté enfoncé dans son ventre ».

De la sorte, Issa Tangara a été inculpé pour homicide volontaire. Suite au délibéré des juges de la cour d’assises de Bamako. Il a été condamné à la peine de perpétuité la semaine dernière.

Mamadou Diarra

MaliwebFaits diversJustice
Issa Tangara était un électricien de bâtiments né à Bamako le 11 décembre 1992. Il était célibataire sans enfant et domicilié à Daoudabougou (Bamako). Ce dernier était poursuivi pour l’homicide volontaire de son « ami de grin ». Ces présents faits relatent le cas de meurtre commis sur la personne de Moussa...