Le comportement  de certains commerçants de la mort dans nos structures sanitaires hospitaliers  ne cessent d’étonner les maliens. Tout s’y déroule au quotidien sauf si on n’est pas informé. Des attitudes qui précipitent  le souvent la mort de nombre de patients.

 

 IMAGE D’ILLUSTRATION

 

 

Des témoins de ce qui s’est passé le samedi 16 décembre à l’hôpital de Ségou a violemment heurté leur sensibilité. Surtout lorsque la victime est un agent d’un Centre de Référence, notamment celui Baraouéli.

Il était quatorze heures le samedi dernier, lorsque l’agent du CSCOM  ci-dessus nommé fut admis au service des urgences de l’hôpital. Après diagnostic, une batterie de médicaments fut prescrite et les parents du malade ont réuni les moyens financiers pour acheter les médicaments. Quelques minutes plus tard la patiente rendu l’âme. Alors commença un bras de fer entre les parents de la défunte, et le personnel sanitaire du jour. Il refusa catégoriquement de restituer les médicaments.

En tout cas, au moment où nous mettions sous presse information, les parents n’étaient pas parvenus à récupérer lesdits médicaments.

Oumar Diarra, Ségou

Par Le Caiman Indè

MaliwebFaits divers
Le comportement  de certains commerçants de la mort dans nos structures sanitaires hospitaliers  ne cessent d’étonner les maliens. Tout s’y déroule au quotidien sauf si on n’est pas informé. Des attitudes qui précipitent  le souvent la mort de nombre de patients.    IMAGE D'ILLUSTRATION     Des témoins de ce qui s’est passé le...