La 1ère Session de la Cour d’assises de Bamako a examiné le cas de Issa Tangara poursuivi pour ” homicide volontaire “. Après analyse du dossier, l’accusé a été condamné à la peine de prison à perpétuité.

 

De l’information, il ressort qu’Issa Tangara et Moussa Sidibé étaient membres d’un groupe d’amis qui se réunissaient fréquemment devant la famille de Oumar Konaté à Daoudabougou pour prendre du thé. Et courant 2016, un dimanche, vers midi, Issa Tangara, arrivé comme d’habitude au “grin” sur une moto, a touché Moussa Sidibé avec le pneu avant de son engin.

Quand ce dernier a protesté, il a refait la même chose. Ce qui a exacerbé davantage Moussa qui s’est levé de sa chaise et une dispute a éclaté entre les deux qui en sont venus aux mains. Quand les autres membres du groupe les ont séparés. Ils ont continué à s’insulter et ils ont engagé de nouveau une lutte, au cours de laquelle, Issa recevait de Moussa un coup à son arcade sourcilière qui fut ouverte. Ainsi, Issa Tangara, mécontent de ses blessures, s’est rendu nuitamment au domicile de Moussa pour lui régler ses comptes en l’interpellant au sujet de ce qui s’est passé entre eux dans l’après-midi. Il n’a pas hésité à lui asséner des coups successifs au ventre à l’aide d’un couteau avant de s’enfuir. Dans sa fuite, il a été poursuivi par Moussa jusque dans une famille voisine où il a rendu l’âme, des suites de ses blessures.

Informés, les parents de Moussa ont alerté la Police qui a interpellé Issa Tanagara et après une enquête préliminaire diligentée par le Commissariat de Police du 4ème Arrondissement, il a été inculpé pour homicide volontaire.

De l’enquête préliminaire et devant le magistrat instructeur, Issa Tangara a reconnu les faits à lui reproches, mais pour sa défense, il a déclaré au niveau de l’enquête préliminaire que ce même jour aux environs de 19 heures, il a rencontré Moussa à quelques mètres de la devanture de leur domicile. Il l’a interpellé au sujet de ce qui s’est passé entre eux dans l’après-midi. Selon lui, pendant cet échange, Moussa a fait sortir un couteau qu’il est parvenu à lui retirer avant de le poignarder au ventre avec ledit couteau. Le couteau est resté enfoncé dans son ventre.

Devant le magistrat instructeur, il soutient qu’il n’a pas voulu la mort de Moussa, que c’est en lui tordant sa main pour lui retirer le couteau qui lui était destiné, qu’il a été poignardé. Mais cette stratégie de défense de l’inculpé est inopérante.

En effet, à la barre, l’accusé a nié les faits. En effet, selon lui, l’altercation a eu lieu entre 19 heures et 20 heures. “Je ne m’attendais à rien. La victime m’a pris par le cou, j’ai pu le tenir mais il tenait dans sa main un couteau. Il a voulu me poignarder, mais j’ai été plus rapide que lui”, a laissé entendre l’accusé.

Pour sa part, la copine de la victime, Aminata Sininta, a déclaré à la barre que le jour du drame, elle était avec son copain chez lui. “Nous étions assis vers 21 heures, Issa est venu brusquement et il a commencé d’abord à donner un coup de poing, ensuite des coups de couteaux dans le ventre. Il l’a aussi pourchassé.

Le tout s’est passé en ma présence”, a-t-elle déclaré.Le procureur, dans son réquisitoire, a rappelé que l’accusé et la victime étaient de très bons amis. C’est une altercation qui a abouti à un drame. Car, dit-il, l’accusé a ruminé sa colère toute la journée jusqu’à la nuit. C’est ainsi qu’il s’est rendu chez sa victime pour lui flanquer un premier coup, ensuite un second. Et ces coups lui ont été fatals. “Il a été poignardé. A l’enquête préliminaire, il avait reconnu les faits avant de se rétracter devant le magistrat instructeur”, a-t-il martelé.

Toutes les tentatives de l’accusé ont été vaines car à l’issue des débats il a été retenu dans les liens de l’accusation et condamné à la peine de prison à perpétuité.

   Boubacar PAÏTAO

 Aujourd’hui-Mali

MaliwebFaits diversJustice
La 1ère Session de la Cour d’assises de Bamako a examiné le cas de Issa Tangara poursuivi pour ” homicide volontaire “. Après analyse du dossier, l’accusé a été condamné à la peine de prison à perpétuité.   De l’information, il ressort qu’Issa Tangara et Moussa Sidibé étaient membres d’un groupe...