C’est un acte abominable et indescriptible que décrivent les témoins de ce crime odieux.

couteau meurtre police afrique sud

Selon une source au parfum du dossier, les deux élèves, tous en classe de 9ème  année à l’école privée de Salif Konaté dit “Autoro” à Djalakorodji, étaient de vrais amis et qui se venaient souvent en aide financièrement. Cependant, il se trouve que le présumé auteur du crime aurait récemment emprunté  à son désormais défunt  “ami”, Nega Coulibaly, un montant de 1000 Fcfa qu’il ne parvenait à le rembourser. Pris d’impatience, le créancier aurait été obligé de rappeler à son ami d’honorer son engagement. Toute chose qui aurait plongé le débiteur et auteur du crime dans une de colère bleue et s’en suivit une dispute.

“C’est ainsi que “l’ami ” du jeune Coulibaly a fait usage d’une arme blanche. Blessé à l’abdomen, Nega Coulibaly rendra l’âme quelques minutes plus tard à l’âge de 16 ans et en pleine préparation de son examen de fin d’année” a précisé un parent de la  victime. Quant  à l’auteur du crime, lui aussi en classe de 9ème  année,  il a aussitôt pris la poudre d’escampette. Et selon plusieurs sources concordantes, une semaine après son forfait, il reste toujours introuvable.

Il faut préciser que tous ces faits se sont déroulés à quelques encablures de l’espace scolaire en question. Cette affaire met une fois de plus à nu la violence en milieu scolaire. Même les alentours  des établissements scolaires ne sont pas épargnés car il y a environ 3 mois de cela, une importante quantité de munitions de pistolet automatique a été saisie auprès des élèves du second cycle d’un établissement de la commune II du district de Bamako.Faut-il attendre l’irréparable pour intervenir efficacement ? Là se trouve toute la question.

  K.THERA

 

Source : Aujourd’hui-Mali

MALIACTUFaits divers
C’est un acte abominable et indescriptible que décrivent les témoins de ce crime odieux. Selon une source au parfum du dossier, les deux élèves, tous en classe de 9ème  année à l’école privée de Salif Konaté dit “Autoro” à Djalakorodji, étaient de vrais amis et qui se venaient souvent en...