Le ministère de la Santé et du Développement Social en partenariat avec l’Agence Coréenne de Coopération Internationale (KOICA) à travers l’Organisation Mondiale de Santé (OMS) a piloté pendant cinq (5) ans de 2018 à 2022 le projet de renforcement du système national de la surveillance de la résistance aux antimicrobiens. L’atelier de clôture du projet qui a débuté le lundi dernier  a signalé des résultats encourageants. 

Ce projet KOICA constituait cinq (5) sites sélectionnés sur la base d’une évaluation initiale. Il s’agit de l’hôpital Point-G, du Centre Hospitalier mère-enfant « Luxembourg », de l’hôpital de Ségou, de l’hôpital Sikasso  et du Centre de Référence de Koutiala.

Pour le représentant de Mme le ministre de la Santé et du Développement Social, Etienne Coulibaly, conseiller spécial du directeur général de l’Institut National de Santé Publique (INSP), les résultats obtenus sont remarquables, louables, encourageants et à la fois alarmants de part les chiffres sur les résistances aux antibiotiques de pallier élevé  des bactéries couramment isolés dans les infections en milieu hospitaliers et communautaires.

Selon le représentant de l’OMS, Dr Itama Christian, plusieurs acquis ont été enregistrés au cours de la mise en œuvre du projet KOICA au Mali à savoir : La contribution du pays à la lutte mondiale contre la résistance aux antimicrobiens en transmettant chaque année les données de surveillance de la RAM dans le système mondial de surveillance dénommé en abréviation le système GLASS ; la mise en place d’un système de gestion des données sur la résistance aux antimicrobiens dans chaque site ; la mise en place d’un programme d’assurance qualité permettant d’améliorer la qualité des résultats fournis par les sites et sur la base desquels sont prises des décisions au niveau local, national, régional et des arguments pour les interventions et les plaidoyers. ‘’ Le renforcement des compétences du personnel en antibiologie et antibiothérapie en Afrique subsaharienne de Bobo Dioulasso ( Burkina Faso), 12 ont déjà reçu leur formation et deux (2) sont en cours de formation ; au niveau national, six (6) étudiants déjà inscrits en Master finiront bientôt leur cycle dont les sujets de recherche sont centrés sur la résistance aux antimicrobiens et le renforcement des capacités des laboratoires à travers l’approvisionnement des réactifs et consommables et la rénovation de l’unité de stérilisation de laboratoire national de référence de l’INSP. ‘’ Les résultats obtenus en 2020 et 2021 montrent que dans les hémocultures ou dans les urines plus de 60% des Escherichia coli et Klebasiella pneumonie sont résistants aux céphalosporines de 3ème génération (ceftriaxone/ceftazidime) à l’amoxicilline, à la ciprofloxacine et au  cotrimoxazole.

L’atelier  s’est déroulé en  présence du représentant du KOICA Dongrib Kim.

Diakaridia Sanogo  

Source: L’Informateur