Les surveillants de prison sont très remontés contre les nouvelles autorités de la Transition. Après un premier mouvement de grève de 04 jours, les gardiens de prison reviennent  avec un autre avertissement. D’Après les informations le syndicat de ce corps de l’Etat a déposé un préavis sur la table du Gouvernement.

Cette grève ajoutée à la menace brandie par l’UNTM met incontestablement les nouvelles autorités dans une mauvaise posture. Il est indéniable que le premier ministre et son Gouvernement sont  en difficulté. Les principales revendications sont entre autre  l’application des dispositions de la loi qui constitue un rappel à l’ordre constitutionnel.

C’est ainsi que les syndicats des surveillants de prison, unis en synergie d’action, décident d’observer une grève de 240 heures (10 jours) ouvrables allant du lundi 14 décembre   au vendredi 18 décembre 2020 inclus  et qui sera reconduite du lundi 21 décembre inclus au vendredi 25 décembre si les revendications ci-après ne sont pas satisfaites : L’application de l’article 148 de la loi n 2016-031 du 07 juillet 2016 portant Statut des Fonctionnaires du Cadre de la Surveillance des Services Pénitentiaires et de Education Surveillée ; La relecture du décret N° 2019-0463/P-RM du 03 juillet 2019 portant allocation d’une indemnité de logement aux fonctionnaires du cadre de la surveillance des services pénitentiaires et de l’éducation surveillée ; l’harmonisation avec les montants des autres forces de sécurité.

Gaoussou TANGARA

NOUVEL HORIZON

MaliwebSociété
Les surveillants de prison sont très remontés contre les nouvelles autorités de la Transition. Après un premier mouvement de grève de 04 jours, les gardiens de prison reviennent  avec un autre avertissement. D’Après les informations le syndicat de ce corps de l’Etat a déposé un préavis sur la table...