Momo (pseudo), 23 ans, est un « gigolo ». Il souhaite une autre vie, mais peine à se décider…

 

Momo est un chômeur de 23 ans, mais il ne manque de rien. Il mène la vie de ses rêves avec l’argent que lui rapportent ses conquêtes amoureuses. Élevé par une mère célibataire, la vie de Momo a changé, alors qu’il n’avait que 17 ans. «  Entre flatterie des jeunes filles de mon lycée et les regards attendrissants des amies de ma mère, j’ai vite remarqué que mon physique pouvaient me  faire gagne de l’argent », déclare t-il.

« J’ai vécu ma première expérience au lycée lorsque je faisais la classe de terminale .Ma petite amie Mamy (pseudo) était la fille d’un ministre en fonction à l’époque. Elle me couvrait  de cadeaux et me donnait 100 000 francs par mois pour mes besoins. En contrepartie, on entretenait des relations intimes à chaque fois qu’elle le désirait », raconte Momo.

« Ce qui était au début une histoire avec des jeunes filles de mon âge, bascula le jour où je me suis retrouvé accidentellement nu devant KS, une amie de ma mère. Ce jour-là, j’étais seul à la maison et sortait de la douche. Elle était venue chez ma mère qui était partie faire le marché. Avant de me rhabiller, elle m’a lancé : ‘’Momo tu es devenu un homme maintenant !’’. Je ne me doutais pas qu’elle faisait référence à mon appareil génital qui a une taille imposante », relate le jeune homme.

Vivre autrement

Des semaines plus tard, ils se sont rencontrés dans un hôtel de la place. Ce que le jeune homme imaginait se concrétisa. Sans passer par quatre chemins, elle demanda ses services contre une importante somme d’argent. C’est le début d’une vie de gigolo…

Au début, Momo était excité et content, car il gagnait de l’argent et satisfaisait sa libido gratuitement. Mais, cette joie sera de courte durée. Une année après, il se retrouve avec trois cougars. Grâce à ses performances au lit, il gagnait plus de 500 000 francs par mois.

En 2020, il avait marqué une pause de 6 mois. Il était à bout. 3 mois plus tôt, Momo a fait la connaissance de Rosalie, une célibataire de 46 ans. Rosalie lui imposait un rythme infernal de 3 rapports par semaine, en plus des autres qu’il devait gérer. Par la suite, il est tombé malade.

Au cours de sa convalescence, il a commencé à réaliser à quel point son business était dangereux. Aujourd’hui, il souhaite abandonner ce « métier » et vivre plus « autrement ». Mais, quand il pense à sa précarité (il est diplômé sans emploi), il reporte toujours sa décision. « Un jour, il faudra trouver une autre alternative », tranche-t-il perplexe.

Source : Benbere

MaliwebSociété
Momo (pseudo), 23 ans, est un « gigolo ». Il souhaite une autre vie, mais peine à se décider…   Momo est un chômeur de 23 ans, mais il ne manque de rien. Il mène la vie de ses rêves avec l’argent que lui rapportent ses conquêtes amoureuses. Élevé par une mère célibataire,...