Le Haut conseil islamique du Mali (HCIM) était devant la presse, le dimanche 16 juin, à son siège. Le principal conférencier était le président de l’institution, Chérif Ousmane Madani Haïdara; il était assisté par ses vice-présidents Ibrahim Kontao, Thierno Hady Thiam, Mohamed Traoré, et le secrétaire général Mamadou Diamoutani.

L’instance suprême de la communauté musulmane du Mali n’a pas apprécié le déplacement du président IBK à Sobane avec, uniquement, des chefs religieux chrétiens, sans un représentant des musulmans. «C’est une grosse erreur de la part du président de la République», déclare Ousmane Chérif Madani Haïdara.

«Le Haut conseil islamique du Mali ne saurait tolérer la mort d’un seul Malien, peu importe sa religion, parce qu’il est avant tout Malien», a ajouté Chérif Ousmane Madani Haïdara, à l’entame de cette conférence de presse. Il dira que les musulmans du Mali condamnent les tueries des innocents partout au Mali. «Notre religion ne peut pas mettre l’humain au centre de tout et accepter des assassinats et meurtres de cette nature», a-t-il martelé.

Et Ousmane Chérif Madani Haïdara d’insister lourdement : «C’est une grosse erreur de la part du président ; le chef de l’Etat a eu tort de le faire. Ses conseillers pouvaient le lui déconseiller parce qu’au Mali, il n’y a pas de guerre entre les religions. Les musulmans et les chrétiens font tout ensemble.

Lors de la cérémonie de désignation du Cardinal Jean Zerbo à Rome, le Haut conseil islamique a envoyé son représentant, qui a accompagné le Cardinal. Il a même pris la parole lors de la cérémonie pour parler de l’union entre les religions au Mali. Le président de la République ne devrait pas aller avec eux seulement à Sobane Da. Mais nous comprenons que c’est de bonne foi. Mais les gens nous ont interpellés à tous les niveaux», a déclaré Chérif Ousmane Madani Haïdara.

Il a  été appuyé par son 3ème vice-président Mohamed Traoré, pour qui, les musulmans s’entendent avec toutes les religions au Mali, il y a même une union sacrée des religions au Mali. Il ajoutera que l’Etat doit prendre ses responsabilités.

«Nous allons bientôt interpeller la Minusma et Barkhane, pour qu’ils nous disent ce qu’ils font pour sauver des vies au Mali. On a des questions pour eux. C’est à la suite de leurs réponses, que nous saurons quoi faire», a par ailleurs expliqué Haïdara. «Parce qu’ils sont venus pour aider le Mali, et les Maliens doivent savoir ce qu’ils font concrètement», a t-il conclu.

Par ailleurs, le Hcim va organiser une chaîne de solidarité envers les populations déplacées du centre du pays et les personnes victimes des inondations du 16 mai 2019. L’annonce a été faite par son premier vice-président, Ibrahim Kontao. Et selon le deuxième vice-président, Thierno Hady Thiam, qui est à la tête de la commission mise en place à cet effet, «Nous avons déjà enregistré les premiers gestes. Le président Haïdara a donné 5 millions FCFA ; Harouna Sangaré a donné 1 million. Nous allons demander à toutes les associations membres du Haut conseil de contribuer. Les dons peuvent être déposés au siège du Haut conseil et dans les mosquées. Le Haut conseil se chargera de les collecter afin de les remettre aux bénéficiaires dans les camps de déplacés et aux victimes des inondations.

À la fin de la conférence de presse, le premier vice-président, Ibrahim Kontao, a informé la presse des cérémonies de prières qui seront organisées vendredi 21 juin, pour une bonne pluviométrie, dans toutes les mosquées du pays.

Kassim TRAORE

Source: DJELIBA VINGTQUATRE

MaliwebReligionSociété
Le Haut conseil islamique du Mali (HCIM) était devant la presse, le dimanche 16 juin, à son siège. Le principal conférencier était le président de l’institution, Chérif Ousmane Madani Haïdara; il était assisté par ses vice-présidents Ibrahim Kontao, Thierno Hady Thiam, Mohamed Traoré, et le secrétaire général Mamadou Diamoutani. L’instance...