Nous avons demandé, une fois de plus, au peuple d’être au rendez-vous de la vérité, au rendez-vous du changement. Parce qu’il faut que le président Ibrahim Boubacar Keita sache que ce ne sont pas les mécontents mais plutôt le peuple malien dans son ensemble qui demande son départ face à son incapacité à gérer les problèmes sécuritaires, sanitaires, de la justice, de corruption, en un mot : des problèmes du blanchiment du pouvoir du Mali. Le Mali n’est pas pour IBK ni pour sa famille. Il va démissionner. Nous sommes là pour ça !

 

Bailla Niang, Président de l’UPM ‘’ Nous voulons la fin de la prédation politique’’

Je m’adresse à tout le monde aujourd’hui pour dire que nous sommes ici pour mettre fin au régime d’IBK et, en conséquence, à la IIIème République. Il nous faut reconstruire notre Mali, parce que tout ce qui était bon avant 1992, ces gens l’ont détruit pendant les 27 ans de leur règne.

Nous voulons la fin de la prédation politique, de la concussion, du clientélisme, au vol. Le Mali n’existe aujourd’hui qu’en pointillé. Il nous faut le récupérer et le réconcilier. C’est nous qui pouvons parler de la paix à Bamako sinon ceux qui sont à Mopti, Diabaly, Dioura, …au centre et au nord du pays sont à bout du souffle. Ils ne peuvent pas se déplacer, faute d’insécurité. Pour le bonheur du Mali, ce pouvoir doit tout simplement démissionner.

Aboubacar Sidiki Fomba, Président du parti ADPM

‘’Nous allons organiser une transition’’

Nous sommes, ici, aujourd’hui, pour exiger la démission pure et simple du président de la République, la dissolution de l’Assemblée et la révocation de la Cour constitutionnelle. Nous sommes, ici, pour la construction d’un nouveau Mali de la IVème République, pour la restauration de nos valeurs. Je pense que le Mali n’a actuellement pas de président.

A partir du moment où le président de la République est incapable de reproduire sa propre signature, cela est une inaptitude physique et mentale. Donc, on doit constater la vacance du pouvoir et le faire démissionner. Mais, avant, on lui exige de dissoudre l’Assemblée et de révoquer la Cour constitutionnelle. Nous allons organiser une transition pour l’avènement de la IV ème République pour la restauration de nos valeurs et la reconstruction d’un nouveau Mali.

Source : Le Challenger

MaliwebSociété
Nous avons demandé, une fois de plus, au peuple d’être au rendez-vous de la vérité, au rendez-vous du changement. Parce qu’il faut que le président Ibrahim Boubacar Keita sache que ce ne sont pas les mécontents mais plutôt le peuple malien dans son ensemble qui demande son départ face...